Master in Cultural History at Utrecht University

The Department of History and Art Studies at Utrecht University offers a one-year master’s course in Cultural History, starting in September 2012. This course is the only master in Cultural History in the Netherlands.

Inescapably, we give meaning to the world we live in. But how have the strategies we use in interpreting our surroundings come about?  Which historical institutions, traditions, cultural values and interpretations continue to shape our lives? How have they been debated and contested in the past and how do they mark the present? How can we use or revise them to shape our future? To address these issues, our Master programme offers historical insight into, and a deep understanding of, today’s complex and globalised world, based on a unique blend of historical theory and practice. The programme explores how cultural historians translate their theoretical insights into practical research on cultural modernity, combining academic excellence with social relevance. Using our special expertise in the fields of the history of media, religion, visual culture, cultural heritage and collective memory, gender studies and more, we offer a broad spectrum of cultural perspectives and approaches with regard to modern Western and global history. Our modules explore themes like the role of museums and heritage in the integration of minorities, the cultural cold war in Europe, the representation of self and alterity in literature, the interrelationship of religion, culture and power and the history of utopian thought.

The course is designed to help students acquire the skills necessary to navigate a professional environment; students may integrate an internship into the programme. Above all, students will acquire fundamental knowledge of the world, of the origin of values and strategies, of traditions and counter-traditions, of cultural clashes and exchanges. Such a broad cultural orientation helps us to better understand the manifold choices we are facing in shaping our world. Thus, by studying the past, the Master programme aims to be topical, relevant, and future-oriented.

Students who successfully complete a Master’s degree in Cultural History find work as policy makers, journalists, publishers, cultural advisors, teachers, curators, preservationists and researchers.

Utrecht University offers a unique gateway to Europe and the world. One of Europe’s leading research universities, Utrecht University is ranked best in the Netherlands, 12th in Europe, and 48th in the world by the prestigious Shanghai Academic Rankings of World Universities 2011. In the <http://www.timeshighereducation.co.uk/world-university-rankings/>Times Higher Education Ranking Utrecht University is 1st in The Netherlands, 18th in Europe and 68th in the world. The internationally oriented Faculty of the Humanities is located in the beautiful old city centre.

For more information on the Master in Cultural History, see: http://www.uu.nl/university/international-students/EN/culturalhistory or contact Dr. Willemijn Ruberg.

For more information on Utrecht University: http://www.uu.nl/ (Dutch) or http://www.uu.nl/EN (English).

Information on application can be found here.

The application deadline is 1 April 2012.

C’était demain : “Is This Tomorrow? America Under Communism”

[Ce texte est paru dans une version légèrement différente dans le n° 113-114 du Collectionneur de bandes dessinées (octobre 2008).]

Si la guerre froide fut avant tout une politique étrangère, elle n’aurait jamais duré aussi longtemps sans l’assentiment de la majorité des Américains. Le pro-soviétisme caricatural de quelques films hollywoodiens mis en scène entre 1942 et 1945 fit long feu dès la fin des hostilités – ce qui n’avait rien d’étonnant dans un pays où aucun mouvement socialiste n’avait jamais pu s’implanter et où une première paranoïa anticommuniste avait battu son plein en 1919-1920, à une période où de nombreux Américains craignaient que les immigrants européens “radicaux” importent aux Etats-Unis la révolution bolchévique ! En 1947, l’URSS était redevenue un épouvantail pour une majorité d’Américains.

Parmi ceux-ci, une minorité très agissante se sentait particulièrement concernée : les catholiques, frappés de plein fouet par l’absorption dans la sphère communiste de pays d’Europe centrale où leur religion dominait la vie sociale et politique depuis longtemps, tels la Pologne, la Hongrie, l’Autriche et la Yougoslavie (particulièrement la Croatie et la Slovénie). C’est pourquoi l’Eglise américaine compta parmi les lobbies anticommunistes les plus actifs durant la guerre froide — avec quelques catholiques d’origine irlandaise qui s’illustrèrent brillamment dans ce domaine, tel le sénateur du Wisconsin Joseph McCarthy…

On doit à un autre natif du Wisconsin, le Père Louis A. Gales, ce qui fut vraisemblablement le premier comic-book de propagande anticommuniste : le fascicule de 48 pages couleur intitulé Is This Tomorrow: America Under Communism, publié en fin d’année 1947 par Catechetical Guild (CG). Sous la férule vigoureuse du Père Gales, cette maison d’édition située au 145 de la 5e rue Est à Saint Paul (Minnesota), était à l’époque un des principaux éditeurs de presse catholique du pays : son titre-vedette était depuis 1937 Catholic Digest, mensuel qui reprenait des articles abrégés tirés d’autres revues grand public (comme son quasi-homonyme Reader’s Digest…). En 1942, CG s’était lancé dans la bande dessinée avec Timeless Topix [‘Sujets de tous les temps’] : rebaptisé Topix à partir de l’automne 1946, cet illustré mensuel au contenu édifiant avait été conçu durant la guerre pour faire pièce aux comic books dont le contenu était alors jugé nocif (en fait essentiellement les titres de super-héros). Au printemps 1946, la maison avait ajouté à son catalogue Treasure Chest of Comics [‘Coffre au trésor de la bd’], titre diffusé durant l’année scolaire dans les écoles catholiques.

Sur la genèse de Is This Tomorrow, on sait fort peu de choses. Le seul élément dont on dispose à ce jour est la version noir et blanc diffusée à 3000 exemplaires en septembre 1947 avant la sortie nationale de la version couleurs. C’est un document rarissime dont un exemplaire en parfait état s’est vendu aux enchères sur Internet le 18 janvier 2007 pour la coquette somme de 5975 dollars. La couverture de ce fascicule est barrée d’un énorme CONFIDENTIAL qui surmonte un texte de présentation dans lequel les responsables éditoriaux expliquent leur projet : proposer aux lecteurs qui ne sont ni des intellectuels ni des chercheurs une vision de ce qui pourrait arriver si le communisme envahissait les Etats-Unis. Ils ajoutaient : “Il est vrai que IS THIS TOMORROW est destiné à parler aux émotions, mais strictement sur les bases de la raison. Si qui que ce soit est enclin à penser que notre exposé relève de l’imagination, une analyse critique révèlera que chaque image, chaque phrase a des précédents dans la théorie et la pratique communistes.” Le texte précisait également que l’illustré serait diffusé dans les églises, les écoles, les usines, les associations, les détaillants de presse — énumération qui témoignait du lobbying catholique dans la société américaine, où le statut de relative minorité de l’Eglise romaine est depuis toujours compensé par un maillage serré de réseaux dans l’industrie et le monde associatif. Une suite intitulée What Is The Answer? était également annoncée.

Is This Tomorrow fut publié le 1er novembre 1947. Il existe au moins trois versions de sa couverture : la plus répandue, celle qui montre six personnages en train de se battre devant un drapeau américain en feu, fut imprimée avec ou sans la mention ‘10¢’ dans le coin supérieur droit, selon qu’il s’agissait d’exemplaires destinés à être vendus ou distribués gratuitement ; la troisième version, beaucoup plus frappante visuellement, montre une main géante ouverte prête à s’abattre sur une église et une usine avec le sigle soviétique de la faucille et du marteau dans le coin supérieur droit. Le lecteur qui ouvrait le fascicule découvrait en 2e et 3e de couverture des textes expliquant la réalité du danger communiste et l’importance de tout faire pour empêcher qu’il contamine les Etats-Unis ; la 4e de couverture proposait “10 commandements de citoyenneté” pour combattre le communisme, parmi lesquels on pouvait lire “Soyez tolérant des autres races, religions et nationalités”, “Pratiquez votre religion”, “Lisez journaux et magazines avec un oeil critique”, sans oublier “Soyez américain d’abord.”
Le récit en est apocalyptique. “Peu après la fin de la seconde guerre mondiale”, à la suite d’une année de sécheresse, les Etats-Unis se trouvent menacés par la famine; pour les lecteurs de la fin des années 40, c’était une allusion transparente au “Dust Bowl” (nom donné aux dérèglements climatiques qui avaient asséché le centre des Etats-Unis au début des années 30 et précipité dans la précarité et l’errance des milliers d’agriculteurs pendant les pires années de la dépression). C’est le moment que choisit le Kremlin pour ordonner à ses agents sur le sol américain de prendre le contrôle du pays. Leur chef, le nommé Jones, sosie à cheveux blancs de Lénine, organise alors l’infiltration méthodique du pays en prenant le contrôle des médias puis en noyautant le monde ouvrier et l’armée. Au fil du récit, on voit successivement les nouvelles autorités abattre les chefs d’état-major, arrêter les membres du Congrès, exécuter des hommes d’église tandis que les enfants sont endoctrinés pour dénoncer leurs parents si ceux-ci résistent au nouveau régime. A la dernière page, lors du banquet tenu par les chefs communistes pour célébrer l’ordre nouveau, Jones meurt subitement d’une crise cardiaque ; mais, dans la dernière case, son numéro 2, Brown annonce : “Je vais prendre la relève de Jones. Le communisme ne repose pas sur un seul homme. C’est une conception du gouvernement qui vise à diriger le monde.”

Qui écrivit ce scénario ? Difficile à dire. Probablement pas le Père Gales mais peut-être F. Robert Edman, le rédacteur en chef de Topix, ou un scénariste anonyme. La question du graphisme est plus attrayante. Un examen attentif des 48 pages montre qu’elles ont été produites par moins quatre dessinateurs différents, aucun ne brillant d’ailleurs par un talent particulier. Et pourtant, l’un de ces tâcherons devait devenir l’auteur de bandes dessinées américain le plus connu au monde. Né à Saint Paul en 1922 et habitant à l’époque à Minneapolis, à quelques kilomètres de là, ce jeune homme qui avait appris le dessin par correspondance avait été engagé en 1946 par Roman Baltes, directeur artistique de Topix, pour assurer le lettrage des bulles en anglais, mais aussi pour les éditions étrangères en espagnol et en français. Pour le récompenser de la qualité de son travail, Baltes lui demanda quelques mois plus tard d’illustrer quatre pages d’une histoire “où il était question de soldats” [Cf. “Charles Schulz”, interview accordée à Shel Dorf, Comics Interview 47 (1987), p. 15 ; David Michaelis, Schulz and Peanuts: A Biography (Harper, 2007), pp. 166-167]. Ce n’était autre que Is This Tomorrow et le jeune dessinateur s’appelait Charles M. Schulz, futur créateur de “Peanuts.” L’auteur de ces lignes, néanmoins, se doit d’avouer qu’il lui a été impossible de repérer où que ce soit dans le fascicule une case ou un dessin suggérant le style de Schulz : le réalisme médiocre de ces pages n’a aucun point commun avec le graphisme simplifié et en rondeur de Charlie Brown et Snoopy.

Il semble que Is This Tomorrow fut diffusé à 4 millions d’exemplaires. C’était un chiffre colossal : à titre de comparaison, il représentait le double du tirage de Walt Disney’s Comics & Stories, à l’époque le comic book le plus vendu avec avec 2 millions d’exemplaires par numéro. Il est vraisemblable que la majorité des fascicules furent distribués gratuitement dans les écoles et patronages et à la sortie des usines. Ce qui est certain, c’est qu’ils ne passèrent pas inaperçus. Un entrefilet publié dans le Time Magazine du 17 novembre 1947 racontait que le quotidien communiste The Daily Worker avait qualifié l’illustré de “fasciste, hitlérien, d’un fascisme sans fard, un brûlot pour l’esprit des enfants d’Amérique, une propagande belliciste fasciste, antisémite, antidémocrate, le Mein Kampf des enfants.” Son rédacteur en chef John Gates avait demandé dans un article rageur que le ministère des Postes en interdise l’expédition postale, que le ministère des finances prenne des sanctions fiscales contre les éditeurs et que le ministère de la justice les “poursuive pour incitation à la violence et pour avoir imprimé des calomnies criminelles.” Le journaliste communiste avait eu entre les mains la version “confidentielle” noir et blanc : celle-ci contenait des cases finalement enlevées de la version couleurs, dont une qui montrait un cardinal crucifié par des communistes sur la porte d’une église. Il est vrai qu’en termes de propagande, les communistes n’avaient rien à apprendre aux catholiques.

Is This Tomorrow connut non seulement une diffusion énorme sur le territoire américain mais il eut au moins trois adaptations étrangères. Il existe une version australienne (Is This Tomorrow: Australia Under Communism), une version française pour le Québec (A quand notre tour ? Le communisme au Canada) et une version turque intitulée Kizil Tehlike  (qui signifie “Danger écarlate”). Publiées en 1949, toutes trois furent adaptées aux réalités du pays où elles devaient être diffusées : dans la version québécoise, les cases représentant le bâtiment du Congrès et la carte des Etats-Unis furent remplacées par des dessins du Parlement d’Ottawa et d’une carte du Canada ; dans la version australienne (imprimée en noir et blanc), la couverture représentait une carte de l’Australie entièrement rouge barrée d’une faucille et d’un marteau et la crise permettant la prise du pouvoir par les communistes n’était pas une sécheresse mais une grève paralysant les bassins houilliers, élément beaucoup plus réaliste dans l’Australie de l’après-guerre.

Malgré une légende solidement ancrée, la propagande anticommuniste caricaturale fut un feu de paille aussi bien dans les comic books qu’au cinéma. Tout comme Hollywood produisit seulement une vingtaine de brulôts antisoviétiques, on compte un nombre équivalent ou inférieur de comic books dans la même veine produits après la guerre. Le coup d’éclat éditorial de Is This Tomorrow, avec son tirage énorme et une couverture médiatique considérable pour l’époque, ne se répéta pas. Non seulement Catechetical Guild ne publia pas la suite annoncée mais deux autres fascicules anticommunistes prévus pour 1950 connurent des destinées mitigées. Blood Is the Harvest (Moisson de sang), dont la couverture montrait un jeune soldat soviétique sur le point d’exécuter un couple de paysans aux yeux bandés, racontait comment l’URSS endoctrinait sa jeunesse et ambitionnait de faire de même avec la jeunesse des Etats-Unis ; il eut une diffusion confidentielle, sans comparaison avec celle d’Is This Tomorrow. Quand à If The Devil Would Talk (Si le diable parlait), fascicule faisant le procès de la laïcité, sa parution fut annulée en interne tant il fit l’objet de critiques du conseil d’administration de la maison d’édition ; une version modifiée fut publiée huit ans plus tard, sans grand bruit.

Les comic books anticommunistes publiés sous l’égide de l’Eglise catholique constituent un témoignage historique passionnant à plusieurs titres. Ils illustrent les formes que prit le propagandisme antisoviétique le plus excessif au moment où les revues de bande dessinée étaient considérées comme un moyen de communication de masse de grande ampleur — mais c’est cette popularité même qui coupa l’herbe sous le pied de l’entreprise de propagande. En effet, le double échec éditorial de 1950 coïncida avec une période où les illustrés subissaient le tir de barrage des protecteurs de l’enfance de tous ordres, au premier rang desquels se trouvaient… les catholiques. Regorgeant d’images violentes, choquantes, effrayantes (pour les normes des autorités ecclésiastiques de l’époque du moins), Blood Is the Harvest et If the Devil Would Talk ne purent bénéficier du contexte faste de l’automne 1947 où la popularité commerciale des comic books, pas encore affectée par la campagne d’opinion à leur encontre qui n’allait prendre de l’ampleur que l’année suivante, fut amplifiée par l’enthousiasme du public américain pour la nouvelle politique antisoviétique du Président Truman. Le contraste entre le succès de 1947 et les échecs de 1950 constitue un bel exemple de la délicatesse et de la fragilité des mécanismes de propagande, qui finissent parfois par se retourner contre leurs initiateurs !

La fin de Ben Laden : le sens d’une photographie

Texte rédigé par Bernard Genton.

Onze hommes et deux femmes autour d’une table couverte d’ordinateurs portables dépliés, dans le coin d’une pièce dont on ne sait pas si elle est exiguë ou vaste, fixent du regard un écran hors champ. Six sont assis, le reste debout. La femme assise se couvre la bouche, comme pour retenir un cri devant une scène pleine de suspens ou d’horreur. Les expressions sont graves, tendues, avec des variations d’intensité. Il y a une exception : le troisième homme en partant de la gauche, un militaire de haut rang, pianote placidement sur l’ordinateur qu’il a devant lui, occupé par autre chose. Au centre de l’image, recouvrant à moitié un clavier, on voit un document en couleurs, flouté pour des raisons de sécurité.
C’est l’une des neuf photographies diffusées par la Maison Blanche dans l’après-midi du 2 mai, manifestement la plus parlante, celle qui a été reprise immédiatement par les journaux et médias électroniques du monde entier. L’auteur de cette image est Peter Souza, photographe officiel de la présidence depuis 2009, et par ailleurs professeur de photographie à l’Université de l’Ohio. Il a publié plusieurs livres remarqués, et l’on connaît de lui un reportage émouvant sur les funérailles du président Reagan en 2004.
Le groupe représenté sur la photographie de Peter Souza est composé du président des États-Unis, du vice président, de la secrétaire d’État (c’est-elle qui retient son souffle) et de divers hauts responsables : le conseiller pour la sécurité, le chef d’état-major des armées, le ministre de la Défense, la responsable de l’antiterrorisme, etc. C’est une cellule de crise en action, même si l’action décrite ici consiste à regarder un programme invisible, mais dont le spectateur connaît la trame.
Que nous dit cette photographie ? A première vue, elle projette l’image d’une équipe réduite, mais soudée autour d’un chef qui n’occupe même pas la position centrale, ni d’ailleurs le premier plan, comme si l’événement extérieur transcendait toute hiérarchie politique. Voici des gens ordinaires en présence d’une scène extraordinaire dont ils ne connaissent pas encore l’issue. Ce sont les acteurs non vus, c’est-à-dire les membres du commando, qui assument la charge de l’échec ou de la réussite.
C’est ici qu’il est nécessaire de faire intervenir un élément externe, à savoir le nom de code de l’opération militaire qui a abouti a l’élimination d’Oussama Ben Laden : « Geronimo ». On se rappelle que Geronimo (1829-1909) fut le héros de la résistance apache. Il avait fallu des années au gouvernement fédéral pour régler le problème, par une opération quelque peu disproportionnée, puisque plusieurs milliers de soldats avaient été mobilisés pour obtenir la reddition de Geronimo et de son « armée » de 50 braves tout au plus. Intentionnelle ou non, l’équation ainsi établie entre une grande figure de la lutte sans espoir des Indiens d’Amérique du Nord dans les années 1880 et le terroriste le plus recherché des années 2000 brouille le message. Veut-on dire que Ben Laden est un résistant, le défenseur d’une cause perdue ?
Ces difficultés sémantiques disparaissent dès lors que l’on songe à la puissance culturelle de l’industrie cinématographique et de son influence sur l’esprit et les catégories mentales des responsables militaires et politiques, dont beaucoup ont grandi dans les années cinquante et soixante, âge d’or du western hollywoodien et télévisuel. De ce point de vue un peu étroit, il n’y a aucune différence entre les présidents George W. Bush et Barack Obama : le premier disait, comme dans un western de la haute époque : « We’ll get him ». Le second déclare, une fois la chose faite, « We got him ». On aurait pu penser que les westerns révisionnistes de la fin des années soixante (Little Big Man, Soldier Blue) auraient laissé des traces plus profondes, effacé les stéréotypes des westerns de production courante, dans lesquels les Indiens étaient presque toujours représentés comme des sauvages violents et sanguinaires. On voit qu’il n’en est rien : le choix du symbole Geronimo s’inscrit dans la logique implacable du western traditionnel, genre notoirement affaibli, mais qui se survit, et de quelle manière, dans la psychologie et la culture des militaires et des politiques d’aujourd’hui.
On pourrait penser que la photographie de Souza a deux fonctions : la première consiste à nous administrer la preuve que le moment de vérité (showdown) a bien eu lieu, comme au cinéma, puisque nous sommes mis en présence de ceux qui ont commandité puis vu ce film. La seconde, un peu plus subtile, réside dans l’escamotage des images du même moment de vérité. Les spectateurs de l’équipe dirigeante nous épargnent pour l’instant l’horreur de la vision réelle. Ainsi voyons-nous les yeux qui ont vu, ainsi échappons-nous au sang. Mais cette photographie dit également une autre vérité, dans la mesure où elle traduit une hésitation, un désarroi devant la scène de cinéma-vérité produite et non montrée, absence d’image qui risque de devenir de plus en plus encombrante.

UT Austin’s History dept. launches NOTEVENPAST.org

The History Department at UT Austin is launching an informative, interactive history web site today, January 10. Not Even Past provides current historical writing to a popular audience. For history buffs who want reading recommendations and short, interesting, digestible stories every day, the website offers a meaningful, dynamic, and ongoing conversation about History in the form of text, audio, and video histories on subjects that span the globe. The site is designed for anyone who is interested in history, from an avid reader of history to a history film aficionado.

The content and « picks » are written by the department’s 60-person faculty with additional input from the graduate students. Notevenpast.org is rich with book and film recommendations, video interviews, podcasts, online commentary, and even virtual classes (free) every semester. You can learn from exceptional faculty and dialog with other history aficionados and Texas Exes, enrolled globally.

The History Department’s new site is a unique, one-of-a-kind resource. Not Even Past will be identified with the individuals in the History Department at UT, giving readers a personalized experience of great history writing as well as promoting the strengths of the department and the University of Texas. Not Even Past also differs from other History department sites in its stylish visual design and its cutting-edge user-friendly functionality.

Take a peak now: http://www.notevenpast.org.

Joan Neuberger, Editor
George Christian, Assistant Editor, Features Editor

At launch today the website has six major features

MAIN FEATURE:
This section will focus on a recent book by a UT faculty member. The January edition showcases Jacqueline Jones’ « Saving Savannah: The City and the Civil War » and includes a short video interview with the author; a text discussion of the book; a live chat with the author; an on-going book club discussion; suggestions for related reading; a podcast of an excerpt from the book.

READ AND WATCH:
Learn what the department’s exceptional historians and their graduate students are reading, and which books and history films they recommend. Scan written and video reviews of books by category: Featured Reads, United States, Europe, Latin America, Africa, Asia, Middle East, and Transnational. With one click, add your comments, or instantly order books/films that you want. The home page will link to book recommendations chosen by our faculty and graduate students and one featured video book discussion; the January edition will have a video of George Forgie discussing books on the Civil War. The home page will link to discussions of current and classic historical films. In January, Frank Guridy will discuss two films about Cuba and Madeline Hsu writes about Wayne Wang’s Chan is Missing.

DISCOVER:
Discover fascinating, little-known, or rarely-viewed images and texts … from collections at UT Austin and around the world. Learn what each of these jewels teaches us about history. In January, Erika Bsumek writes about a Navajo rug in our Fine Arts library collection; Martha Newman writes about work and religion in 12-century France. David Crew will contribute a piece of wedding photographs taken in Jewish ghettos under Nazi rule.

LISTEN:
Beef up your podcast library with special global interviews and excerpts from campus history conferences and classes. Enjoy daily history FACT CHECKS and myth busting. Learn more Texas history. Access NEP for stories from Texas’ past: oral histories, photo essays, and great books. This section will feature oral histories and interviews and will link to all our podcasts. The January edition will include oral histories from recent India and Pakistan and an article on LBJ’s Vietnam policy, with an audio of his phone conversations.

TEXAS:
Texas history of all kinds. January will include an excerpt from Emilio Zamora’s new book on Mexican-Americans in Texas during WWII,and a photo essay by Bob Abzug on Jewish cemeteries and synagogues in Texas.

In addition to extensive comment and history chat areas throughout NEP, take any of the three virtual courses offered each semester (no tests!). Learn from outstanding award-winning faculty and share your thoughts and questions with other history buffs and Texas Exes … enrolled globally.  Register on the site to be eligible for free autographed books by UT Austin History faculty. A scrolling ticker across the home page will post daily twitter feed updates and a feature we call « The Fact Checker » which will offer links to short articles correcting historical myths and common historical misconceptions.

Courtney Meador
meadorcl@mail.utexas.edu
The Department of History
The University of Texas at Austin

Cfp: The Second World War, Popular Culture and Cultural Memory

Call For Papers
The Second World War, Popular Culture and Cultural Memory
University of Brighton, UK: 13-15 July 2011

Few historical events have resonated as fully in modern British popular culture as the Second World War. It has left a rich legacy in a range of media that continue to attract a wide audience: film, TV and radio, photography and the visual arts, journalism & propaganda, architecture, music and literature. The war’s institutionalised commemoration and remembrance fuels a museum and heritage industry whose work often benefits from the latest internet technology for maximum dissemination to educational institutions and the general public. In fact, the popular culture of the war is a cornerstone of its afterlife. The Second World War remains an easy point of reference for exhortations about public behaviour, from terrorist attacks (‘London can take it!’) to coping with credit crunch austerity (‘Makedo and mend’).

This interdisciplinary conference will examine popular culture of the Second World War on the home front and in British theatres of war abroad. Defining popular culture in its widest sense – as both a ‘way of life’ and as ‘cultural texts’ – the conference will explore both wartime popular culture and its post-war legacy. We invite established scholars, museum curators, media practitioners and postgraduate researchers from a wide range of disciplines to contribute to a lively debate about the role and meaning of popular culture both during the war and in the cultural memory of the Second World War in Britain and elsewhere.

Keynote Speakers:
Professor Jim Aulich (Manchester Metropolitan University, UK),
Professor Susan R. Grayzel (University of Mississippi, USA), Professor
Gill Plain (University of St Andrews, UK)

We welcome proposals for individual 20 minute papers as well as submissions for panels of three speakers and a Chair. Possible topics and panels may include but are not limited to:

* Popular culture in commemorative and museal practices
* Popular culture in/of combatant, Prisoner of War and internee life
* Posters, propaganda, broadcasting
* Entertainment in WW2
* WW2 in children’s literature and media
* Contemporary merchandising of WW2 culture and memorabilia
* Total war, war culture and popular culture
* The ‘people’s war’ in lived experience and in cultural texts
* Representations of national identity and ‘the enemy’
* Death, grief and bereavement in wartime and post-war popular culture
* Material culture of the war and its afterlife
* Representations of the British popular culture of the war abroad
* Fashion, Food and retro-merchandising
* Neo historical novels, war films, ‘militainment’
* Forgotten aspects of wartime popular culture

There may be bursaries for postgraduates and independent scholars.

Please send abstracts of no more than 300 words to:
ww2conference@brighton.ac.uk
Deadline:  31 January 2011

Conference organisers: Dr Lucy Noakes (University of Brighton, UK), Dr
Juliette Pattinson (Strathclyde University, UK), Dr Petra Rau
(University of Portsmouth, UK)

The Jibbenainosay

Dans le chapitre 55 de son autobiographie Life on the Mississippi (1883), Samuel Langhorne Clemens narre sa rencontre avec un charpentier travaillant sur le même bateau que lui : celui-ci racontait à qui voulait l’écouter qu’il avait assassiné trente hommes, tous marqués d’une croix incisée sur le front et tous nommés Lynch, car il n’était autre qu’un certain “Mysterious Avenger” redouté de par le monde… Une fois passée la frayeur initiale, le jeune homme se rendit compte qu’il avait affaire à un compagnon de voyage clairement mythomane. Devenu Mark Twain, Clemens commentait ainsi l’incident un quart de siècle plus tard : “This ass had been reading the ‘Jibbenainosay,’ no doubt, and had had his poor romantic head turned by it; but as I had not yet seen the book then, I took his inventions for truth, and did not suspect that he was a plagiarist.”
L’allusion au Jibbenainosay échappe à la majorité des lecteurs actuels mais elle était transparente à la fin du XIXe siècle. Ce nom indien était le sous-titre d’un des romans les plus populaires aux Etats-Unis pendant près d’un siècle, Nick of the Woods: or, The Jibbenainosay; a Tale of Kentucky, publié en 1837. Son auteur, Robert Montgomery Bird (1806-1854), était un médecin de formation qui s’orienta dès 1828 vers une carrière littéraire. D’abord dramaturge à succès, il se tourna vers le roman après s’être brouillé pour des raisons financières avec son grand interprète l’acteur Edwin Forrest. Bird publia sept romans entre 1834 et 1839 avant de faire en 1840 une dépression nerveuse attribuée à l’intensité de sa production littéraire. Après s’être rétabli, il partagea son temps entre un brève carrière politique, le journalisme, le dessin et la photographie avant de décéder à 47 ans, vraisemblablement d’épuisement.
Cinquième œuvre romanesque de Bird, Nick of the Woods est un roman historique dont l’action se déroule à Lincoln County, au cœur du futur Etat de Kentucky, en 1782, dans le contexte de la difficile colonisation de ce territoire par les blancs face à la résistance des Shawnees. C’est un roman dans la veine des “Leatherstocking Tales” de Fenimore Cooper, à une différence essentielle près : les Indiens, chez R. M. Bird, sont des êtres cruels et sanguinaires et non les nobles sauvages qui côtoient Natty Bumppo. Il ne faut pas oublier que le rousseauisme qui imprégnait les œuvres de Cooper ne reflétait pas une opinion majoritaire des Américains vis-à-vis des premiers occupants de leur pays mais plutôt une sensibilité européenne à la façon de Chateaubriand : il y a plus d’Atala dans Le Dernier des Mohicans que de l’influence des précurseurs américains de Cooper. Dans son pays, celui-ci rompait avec une tradition littéraire diabolisant les Indiens qui remontait aux récits de captivité du XVIIe siècle et prospérait encore chez le premier grand auteur gothique américain Charles Bockden Brown, dont le protagoniste du roman éponyme de 1799 Edgar Huntley massacrait sans scrupules des Peaux-Rouges décrits comme sauvages et impitoyables. En revendiquant cette posture dans sa préface, Bird présentait au grand public un récit en harmonie avec les opinions dominantes sur les Indiens. L’ouvrage connut une grande popularité, attestée par une adaptation théâtrale de Louisa H. Medina dès 1839 (cf. illustration ci-dessous), des démarquages de plus ou moins grande qualité littéraire (parmi les plus réussis se trouve “Jack Long; or, The Shot in the Eye”, nouvelle de Charles Wilkins Webber publiée en 1844 et dont Edgar A. Poe fit l’éloge en 1847) et des rééditions régulières jusqu’aux premières décennies du XXe siècle.

Mr. J. Proctor in his Great Original Character of The Jibbenainosay (in Nick of the Woods). Lithograph with original hand color. (New York, ca. 1856).
« Mr. J. Proctor in his Great Original Character of The Jibbenainosay (in Nick of the Woods). » Lithograph with original hand color. (New York, ca. 1856).

Le livre repose sur une intrigue assez conventionnelle mêlant aventure et mélodrame—Bird était une espèce de Paul Féval américain. L’intérêt principal du récit réside dans le personnage de second plan qui donne son titre au roman. “Nick of the Woods” (qu’il faut comprendre comme signifiant « le diable des bois »), surnommé par les Indiens Jibbenainosay, “l’esprit qui marche”, est un vengeur masqué qui sème la terreur parmi les Peaux-Rouges en leur faisant subir les mêmes exactions que celles qu’ils infligent aux colons blancs. On découvre au fil de la lecture que ce justicier sanguinaire est en fait Nathan Slaughter, un Quaker qui se venge ainsi indéfiniment du massacre de sa famille par les Indiens dix ans auparavant. Bien que l’animosité de Bird envers les Indiens fût sans ambiguïté, Slaughter/Nick of the Woods incarne une dualité que l’auteur ne résout jamais, l’appelant par oxymores « l’homme de paix belliqueux, l’assassin qui hait le sang » (« the warlike man of peace, the man-slaying hater of blood ») et le décrivant comme sujet à des crises d’épilepsie, parfois feintes pour effrayer les Indiens, mais parfois réelles, qui illustrent le chaos intérieur d’un schizophrène déchiré entre pacifisme et violence.
Dans une perspective d’histoire culturelle, le personnage de Bird est particulièrement intéressant pour deux raisons. D’une part, il fut l’un des premiers héros populaires à l’origine des justiciers masqués de la fin du XIXe siècle, puis des super-héros à partir des années 30, tels que the Shadow et Batman. Le paradoxe qui mérite d’être noté au passage est que ce best-seller incontesté du XIXe siècle ne fut transposé ni au cinéma ni en bande dessinée au XXe. Cela en dit beaucoup sur son effacement de la mémoire collective étatsunienne mais, surtout, sur la façon dont le motif du vengeur masqué s’adapta aux valeurs du XXe siècle commençant, à partir de personnages de noble extraction prenant la défense du peuple opprimé (tels le Mouron rouge et Zorro) plutôt que du Quaker épileptique assassin de Peaux-rouges.
D’autre part, le personnage créé par Bird incarne une ambivalence pathologique dans les rapports que l’individu entretient avec la morale et la loi : cette tension narrative, qui reste irrésolue dans la fiction populaire américaine/occidentale jusqu’en ce début de XXIe siècle, apparaît comme une constante, celle du côté obscur des individus, récurrente aussi bien dans les récits de super-héros que de tueurs en série et en l’occurrence nullement attribuable à une quelconque dérive contemporaine de la fiction d’aventure, américaine ou autre.
Nick of the Woods est un ouvrage à redécouvrir. Il n’existe hélas à notre époque qu’en éditions bon marché sans appareils critiques. L’édition universitaire la plus récente, conçue par Curtis Dahl en 1967 pour College & University Press, est peu informative. Pour profiter au mieux de ce pan d’histoire culturelle américaine du XIXe siècle, il vaut mieux consulter l’édition annotée que Cecil B. Williams prépara pour American Book Company en 1939.

International Pluridiciplinary Studies of American Culture IPSAC 1.1: Reassessing Class

[Scroll down for French text]

Valenciennes University Press is pleased to announce the inaugural issue of International Pluridiciplinary Studies of American Culture
Volume 1, Number 1: Reassessing Class
Editors: John Chandler, William Dow, Yann Roblou

The purpose of Reassessing Class is to suggest some ways in which we might begin to think about class in the United States more seriously, more deliberately, more historically, more reflectively, and more creatively: to try, in brief, to get a better sense of what class is and was, and of what it means, and of what it meant for American culture. The volume shows how these meanings, in the forms of a hermeneutic, or subtext, or some kind of interpretive indicator, can be applied to such domains as the American healthcare system, evangelical Christianity, the work of William Carlos Williams, Richard Wright, Langston Hughes, and the cinema of James Whale. At one level, this collection attempts to provide some accounts of the different senses of social identity, as they have evolved, competed and changed to produce an historical narrative of class, built around not one (Marxist) identity, but around multiple identities. For class, like race and gender, is always being recast in changing historical circumstances, and needs to be seen as constantly in formation.
At another level, to use a few Marxian terms in a post-Marxian sense, Reassessing Class will test out various definitions of class as a social description in itself—no more and no less than class as an objective social category, which groups individuals together on the basis of their shared economic characteristics and class as a subjective social formation for itself, in which the historical actors, alive and aware of themselves as a class, with a shared identity, collective history, group trajectory and common objectives, become “class conscious.” Definitions of class can be hazardous. What can be said, though, with some certainty, is that class contains subjective and objective elements, is a process defined in relation to other processes, and is historically dependent. As Raymond Williams observes, class not only “relates to the increasing consciousness that social position is made rather than merely inherited,” but it also involves what one possesses or thinks about oneself—what Williams calls “a structure of feeling”: how one perceives the world, how one experiences what one perceives. Clearly, while “ruthlessly economic,” the effects of class permeate the deepest recesses of culture, language, and subjectivity. Thus we should not lose sight of the fact that representations of class dwell within such cultural facts as metrosexuality and the National Woman’s Party and their relation to economic structures, production processes, and other forms of material experience.
Finally, the volume interrogates the recent critical movement away from what theorists term the reflective model of class description. An important part its investigation focuses on the fundamental ways social divisions are inscribed into vocabularies and popular idioms, and into forms of poetry, fiction, cinema, and social discourse. That is, class as written into semantic fields, into the constructive, classificatory, and aesthetic choices that, for example, writers, historians, and filmmakers make.

Les Presses Universitaires de Valenciennes ont le plaisir de vous annoncer la parution du premier numéro de International Pluridiciplinary Studies of American Culture
Volume 1, Numéro 1 : Un nouveau regard sur les classes sociales
Edité par John Chandler, William Dow, Yann Roblou

L’intention d’Un nouveau regard sur les classes sociales est de suggérer quelques pistes qui pourraient permettre de repenser les classes sociales aux Etats-Unis plus sérieusement, plus délibérément, plus historiquement, de manière plus réflexive et plus créative; bref, d’essayer d’offrir une idée plus claire de ce que sont, et ont été, les classes sociales, ce qu’elles représentent, et ont représenté, pour la culture américaine. Le présent volume tente de mettre en évidence comment ces différents sens, sous la forme d’une herméneutique, d’un sous-texte ou d’une forme d’indicateur d’interprétation peuvent être appliqués à des domaines aussi variés que le système de santé américain, le christianisme évangélique, les écrits de William Carlos Williams, Richard Wright, Langston Hughes ou le cinéma de James Whale.
A un premier niveau, cet ensemble d’articles tente de rendre compte des différents sens que l’on donne à une identité sociale, comment ces sens ont évolué, ont été mis en concurrence, ont changé pour produire un récit historique des classes sociales construit non simplement autour d’une identité (marxiste) mais d’une multiplicité d’identités. Car les frontières des classes sociales, comme l’appartenance à une ethnie ou à une catégorie sexuelle, sont toujours fluctuantes au gré des circonstances historiques et doivent être perçues comme étant en perpétuelle formation.
A un autre niveau, et pour utiliser quelques termes marxistes dans un contexte post-marxiste, Un nouveau regard sur les classes sociales se propose de mettre à l’épreuve plusieurs définitions des classes sociales comme description en elle-même de la société–ni plus ni moins que les classes sociales considérées comme catégories sociales objectives, qui regroupent des individus sur la base de caractéristiques économiques communes mais aussi les classes sociales comme formations sociales subjectives pour elles-mêmes, au sein desquelles les acteurs de l’histoire, vivants et conscients d’appartenir à une classe sociale, partagent une identité, une histoire collective, une trajectoire de groupe et des objectifs communs et acquièrent une « conscience de classe. » Définir les classes sociales peut être une entreprise dangereuse. Pourtant, ce que l’on peut dire avec quelque certitude, c’est qu’une classe sociale contient des éléments subjectifs et objectifs, qu’elle est un processus en relation avec d’autres processus et qu’elle dépend d’un contexte historique. Ainsi que l’observe Raymond Williams, l’appartenance à une classe sociale n’est pas seulement « reliée à la conscience croissante que la position sociale est une construction plus qu’un héritage » mais qu’il implique ce que possède un individu ou la façon dont il se perçoit–ce que Williams appelle « une structure du sentiment »: comment l’individu perçoit le monde, comment il fait l’expérience de ce qu’il perçoit. Clairement, tout en étant « impitoyablement économiques, » les effets de l’existence des classes sociales s’immiscent au plus profond de la culture, du langage et de la subjectivité. De sorte qu’il ne nous faut pas perdre de vue le fait que les représentations des classes sociales sont intimement liées à des phénomènes culturels come la métrosexualité, le National Woman’s Party et leurs relations aux structures économiques, aux processus de production ainsi qu’à d’autres formes d’expériences concrètes.
Enfin, le présent recueil permet une réflexion sur l’éloignement de la critique contemporaine de ce que les théoriciens nomment le modèle « réflexif » de la description des classes sociales. Une part importante des recherches qui se trouvent ici se concentrent sur les manières fondamentales dont les divisions sociales sont inscrites dans les vocabulaires, les idiomes populaires tout autant que dans les formes d’expression que sont la poésie, la fiction, le cinéma ou les discours sociaux. En d’autres termes, comment les classes sociales sont inscrites dans les champs sémantiques, dans les choix de construction, de classement et d’esthétique effectués, par exemple, par les écrivains, les historiens ou les cinéastes.

CONTENTS

Introduction: The Continuum of Class
WILLIAM DOW …………………………………………………………… 7

Health Inequality as a Class Issue
EVELINE THEVENARD…………………………………………………. 17

Transformations: Class, Evangelical Christianity, and Social Aid Policy in the Bush
Administration
JOHN CHANDLER………………………………………………………… 35

Improper Women: Gender, Class, and the Suffragists of the National Woman’s
Party
CLAIRE DELAHAYE………………………………………………………65

Dressing Up : Metrosexuality and American Culture
DAVID COAD……………………………………………………………… 83

Strike(s): William Carlos Williams’s Proletarian Attempts
HELENE AJI……………………………………………………………… 83

Class, Work, and New Races: Zora Neale Hurston’s Their Eyes Were Watching God
and Agnes Smedley’s Daughter of Earth
WILLIAM DOW………………………………………………………….. 111

A Comedy of Terrors : Slipping the Yoke of Race, Class and Gender in Some Works
by Richard Wright
MICHEL FEITH………………………………………………………….. 129

Working Class Hero: Langston Hughes and the Writing of Revolutionary Songs
FREDERIC SYLVANISE……………………………………………….. 153

Does the lady vanish? Gender studies and the lure of homosexuality in James Whale’s
Frankenstein
REYNOLD HUMPHRIES………………………………………………… 169

****************
Bon de commande / Order form

IPSAC VOL 1 NUMBER 1

188 PAGES.

Nom ………………………………………………………………
Adresse……………………………………………………………
……………….…………………………………
Code postal / Zip………………………………………………….
Ville / City…………………………………………………………
Pays / Country…………………………………………………….

… ouvrage(s) au prix unitaire de 22 € franco de port

Règlement par / settlement by :
•Chèque bancaire joint à l’ordre des Presses Universitaires de Valenciennes / draft enclosed
•Virement bancaire / Settlement to our bank account : IBAN FR76 30003 02170 00037262165 79 BIC-ADRESSE SWIFT : SOGEFRPP
•Virement postal joint / Settlement to our Giro account

Distribution en librairie : Les Belles Lettres.

CfP: Love and Romance in American Culture

Journal of American Culture
Special Issue: Love and Romance in American Culture

Ideas of romantic love suffuse our lives and guide our emotional experiences and behaviors. Romance comes in various forms of romantic entertainment–books, films, music–which affect and form our socially constructed notions of love, gender and courtship. These constructs of love guide public and private behavior, create judgments of values in relationships and control rules of openness or closure in expression. There is a variety of ways that American culture has understood andpracticed love and romance. This special issue of the Journal of American Culture will present a conversation about romantic love andits representations which explores love and romance as a theme in art, life and culture.

We are seeking manuscripts which discuss contemporary and historical representations of love and romance, consider ways of showing love and affection and explore socially constructed notions of love, gender and courtship. We are particularly interested in interdisciplinary approaches and analyses (literary, sociological, psychological,
historical, anthropological, etc) involving any variety of topics (race, gender, class, homosexuality and queer studies, place, region, structure) which consider emotional values, attitudes and behaviors considered appropriate to love and romance.

Submissions are welcome on topics which might include, but are not restricted to, issues and themes such as:
. romantic relationship events, rituals and ceremonies (weddings, holidays, festivals)
. dating and courtship rites (speed dating, personal ads)
. popular music and love songs
. depictions in the media and popular culture (e.g., film, television, literature, comics)
. romantic love in advertising, marketing, consumerism
. internet and cyberspace (blogs, texting, social networking)
. literature and fiction (genre romance, poetry, animé)
. amatory writings, love letters, courtship and self-help manuals
. types of relationships (marriage, gay and lesbian)
. feelings and emotions (intimacy, attachment, eroticism)
. types of love: platonic, philosophical, divine and spiritual romance
. neurobiology of love and biological attraction
. historical practices and traditions of and in romance
. regional and geographic pressures and influences (southern, Caribbean)
. material culture (valentines, foods, fashions)
. folklore and mythologies
. jokes and humor
. romantic love in political discourse (capitalism)
. psychological approaches toward romantic attraction
. emotional and sexual desire
. subcultures: age (seniors, adolescents), multi-ethnic, inter-racial

We suggest manuscript submissions of 4000-6000 words in length, double-spaced, in current MLA style. Send an e-mail attachment, in Microsoft Word or Rich Text Format, to JAC.Romance@gmail.com. Due to virus and security concerns, we do not accept zipped or compressed files.

Manuscript deadline: 30 November 2011
Publication date: March 2013

Address inquiries to:
Maryan Wherry
Sarah S.G. Frantz
Darcy J. Martin
JAC.Romance@gmail.com

Cfp ISCH 2011 annual conference « History – memory – myth: Re-presenting the past »

The next annual ISCH-conference will take place in Oslo, Norway, in August 2011. Please note that the deadline for proposals (sessions and papers) is October 15.

Links to submission form is found at the conference web-site:
International Society for Cultural History annual conference « History – memory – myth: Re-presenting the past »

The conference theme « re-presenting the past » communicates with the international and interdisciplinary field of collective memory, which has grown considerably during the last decades. Studies of commemorations and festivals, monuments, exhibitions and museums, historical films and narratives are now numerous. Terms such as social memory, collective or collected memory, kulturelle Gedächtnis, lieux de mémoire, the presence of the past and the use of history all illustrate the scholarly interest in how the past – or images of it – is constructed, composed, negotiated and built up, but also demolished, dismantled and rejected. This constructional work has been investigated on the individual level, concerning personal memories and private history. Studies in this field have also focused on processes of nation building, the construction of ethnical or other group identities, and heritage care and preservation.
You are invited to propose sessions and invidividual papers for the conference; further thematic characterizations can be found in the CFP, and proposals for papers and sessions should be sent in by October 15th 2010 (webpage for submission of proposals will soon be available). Please note that to give a paper, you will have to be a member of ISCH.

All the best,
Anne Eriksen
Head of conference committee

Call for Papers: Comic Books and American Cultural History

Essays are currently being solicited for Comic Books and American Cultural History, a new anthology that will examine the ways in which comic books can be used to help us understand the history of the United States.  Each essay of this proposed book will focus on a particular comic book, story/story arc, or graphic novel as a tool for analyzing some aspect of its original cultural and historical context.  The essays in this anthology will not focus on the history of comic books per se, but rather on the history of the United States, with comic books being used as primary texts to support specific interpretations of American history.  Because of this emphasis on the connections between comic books and America’s past, Comic Books and American Cultural History will prove to be a useful book for comics scholars, historians, and history teachers who want to integrate more popular culture into their courses.

The field of comics studies has seen a proliferation of book-length works in the last twenty years, but few of those books have examined American cultural history.  For example, Of Comics and Men, by Jean-Paul Gabilliet, includes a very thorough explanation of the production and distribution history of American comic books, but there is less analysis of the actual content of the comic books themselves.  Bradford Wright’s Comic Book Nation does examine some specific stories, but his work is a survey and, as such, cannot go into much depth about any one historical moment.  In Secret Identity Crisis, Matthew Costello’s focus on the Cold War allows him to analyze his sources deeply, but other events and comics that do not fit into his framework are sometimes ignored.  Comic Books and American Cultural History seeks to build off of these important works while also expanding the scope of comics scholarship by bringing together analyses on a wider variety of topics than what is possible in any of these books.  In this way, Comic Books and American Cultural History will be especially useful as a collection of case studies demonstrating the ways in which comic books can be useful primary sources for the study of American cultural history.

The essays in Comic Books and American Cultural History will examine many different comic books and many different topics in American history.  Possible sources can range from the 1930s to the present, and the collection will include essays focusing on mainstream, underground, alternative, and independent comics.  Historical topics might feature discussions of the Great Depression, World War II, the Cold War, the Counterculture of the 1960s, and 9/11, all examined from a cultural history perspective.  Essays about aspects of gender, class, race, ethnicity, and sexual orientation will be especially encouraged.  The more specific the essay, the better it will fit into this collection in that it will allow for greater depth than would be possible with a more broadly defined primary text and a more broadly defined historical connection.

Completed essays will be between 5,000 and 7,000 words long.

Please send 500 word abstracts, complete contact information, and brief biographies of authors (as Word documents) to:

Matthew Pustz
Economics, History, and Political Science Department
Fitchburg State University
Fitchburg, MA 01420
mpustz@fitchburgstate.edu

Abstracts are due December 20, 2010.   Completed essays will be due the beginning of June 2011.