The New York Times Op-Ed page turns 40

Créée en septembre 1970, cette page est un peu la mère de toutes les pages « idées » ou « rebonds » de nos quotidiens français. Le NYT y a publié des contributions de presque tous les « intellectuels », politiques et artistes qui comptent aux Etats-Unis, et dans le monde.
Retrouver la sélection que propose le NYT en ligne est à la fois un plaisir de lecture et une manière culturelle de reprendre et de relire ces quarantes dernières années.

International Pluridiciplinary Studies of American Culture IPSAC 1.1: Reassessing Class

[Scroll down for French text]

Valenciennes University Press is pleased to announce the inaugural issue of International Pluridiciplinary Studies of American Culture
Volume 1, Number 1: Reassessing Class
Editors: John Chandler, William Dow, Yann Roblou

The purpose of Reassessing Class is to suggest some ways in which we might begin to think about class in the United States more seriously, more deliberately, more historically, more reflectively, and more creatively: to try, in brief, to get a better sense of what class is and was, and of what it means, and of what it meant for American culture. The volume shows how these meanings, in the forms of a hermeneutic, or subtext, or some kind of interpretive indicator, can be applied to such domains as the American healthcare system, evangelical Christianity, the work of William Carlos Williams, Richard Wright, Langston Hughes, and the cinema of James Whale. At one level, this collection attempts to provide some accounts of the different senses of social identity, as they have evolved, competed and changed to produce an historical narrative of class, built around not one (Marxist) identity, but around multiple identities. For class, like race and gender, is always being recast in changing historical circumstances, and needs to be seen as constantly in formation.
At another level, to use a few Marxian terms in a post-Marxian sense, Reassessing Class will test out various definitions of class as a social description in itself—no more and no less than class as an objective social category, which groups individuals together on the basis of their shared economic characteristics and class as a subjective social formation for itself, in which the historical actors, alive and aware of themselves as a class, with a shared identity, collective history, group trajectory and common objectives, become “class conscious.” Definitions of class can be hazardous. What can be said, though, with some certainty, is that class contains subjective and objective elements, is a process defined in relation to other processes, and is historically dependent. As Raymond Williams observes, class not only “relates to the increasing consciousness that social position is made rather than merely inherited,” but it also involves what one possesses or thinks about oneself—what Williams calls “a structure of feeling”: how one perceives the world, how one experiences what one perceives. Clearly, while “ruthlessly economic,” the effects of class permeate the deepest recesses of culture, language, and subjectivity. Thus we should not lose sight of the fact that representations of class dwell within such cultural facts as metrosexuality and the National Woman’s Party and their relation to economic structures, production processes, and other forms of material experience.
Finally, the volume interrogates the recent critical movement away from what theorists term the reflective model of class description. An important part its investigation focuses on the fundamental ways social divisions are inscribed into vocabularies and popular idioms, and into forms of poetry, fiction, cinema, and social discourse. That is, class as written into semantic fields, into the constructive, classificatory, and aesthetic choices that, for example, writers, historians, and filmmakers make.

Les Presses Universitaires de Valenciennes ont le plaisir de vous annoncer la parution du premier numéro de International Pluridiciplinary Studies of American Culture
Volume 1, Numéro 1 : Un nouveau regard sur les classes sociales
Edité par John Chandler, William Dow, Yann Roblou

L’intention d’Un nouveau regard sur les classes sociales est de suggérer quelques pistes qui pourraient permettre de repenser les classes sociales aux Etats-Unis plus sérieusement, plus délibérément, plus historiquement, de manière plus réflexive et plus créative; bref, d’essayer d’offrir une idée plus claire de ce que sont, et ont été, les classes sociales, ce qu’elles représentent, et ont représenté, pour la culture américaine. Le présent volume tente de mettre en évidence comment ces différents sens, sous la forme d’une herméneutique, d’un sous-texte ou d’une forme d’indicateur d’interprétation peuvent être appliqués à des domaines aussi variés que le système de santé américain, le christianisme évangélique, les écrits de William Carlos Williams, Richard Wright, Langston Hughes ou le cinéma de James Whale.
A un premier niveau, cet ensemble d’articles tente de rendre compte des différents sens que l’on donne à une identité sociale, comment ces sens ont évolué, ont été mis en concurrence, ont changé pour produire un récit historique des classes sociales construit non simplement autour d’une identité (marxiste) mais d’une multiplicité d’identités. Car les frontières des classes sociales, comme l’appartenance à une ethnie ou à une catégorie sexuelle, sont toujours fluctuantes au gré des circonstances historiques et doivent être perçues comme étant en perpétuelle formation.
A un autre niveau, et pour utiliser quelques termes marxistes dans un contexte post-marxiste, Un nouveau regard sur les classes sociales se propose de mettre à l’épreuve plusieurs définitions des classes sociales comme description en elle-même de la société–ni plus ni moins que les classes sociales considérées comme catégories sociales objectives, qui regroupent des individus sur la base de caractéristiques économiques communes mais aussi les classes sociales comme formations sociales subjectives pour elles-mêmes, au sein desquelles les acteurs de l’histoire, vivants et conscients d’appartenir à une classe sociale, partagent une identité, une histoire collective, une trajectoire de groupe et des objectifs communs et acquièrent une « conscience de classe. » Définir les classes sociales peut être une entreprise dangereuse. Pourtant, ce que l’on peut dire avec quelque certitude, c’est qu’une classe sociale contient des éléments subjectifs et objectifs, qu’elle est un processus en relation avec d’autres processus et qu’elle dépend d’un contexte historique. Ainsi que l’observe Raymond Williams, l’appartenance à une classe sociale n’est pas seulement « reliée à la conscience croissante que la position sociale est une construction plus qu’un héritage » mais qu’il implique ce que possède un individu ou la façon dont il se perçoit–ce que Williams appelle « une structure du sentiment »: comment l’individu perçoit le monde, comment il fait l’expérience de ce qu’il perçoit. Clairement, tout en étant « impitoyablement économiques, » les effets de l’existence des classes sociales s’immiscent au plus profond de la culture, du langage et de la subjectivité. De sorte qu’il ne nous faut pas perdre de vue le fait que les représentations des classes sociales sont intimement liées à des phénomènes culturels come la métrosexualité, le National Woman’s Party et leurs relations aux structures économiques, aux processus de production ainsi qu’à d’autres formes d’expériences concrètes.
Enfin, le présent recueil permet une réflexion sur l’éloignement de la critique contemporaine de ce que les théoriciens nomment le modèle « réflexif » de la description des classes sociales. Une part importante des recherches qui se trouvent ici se concentrent sur les manières fondamentales dont les divisions sociales sont inscrites dans les vocabulaires, les idiomes populaires tout autant que dans les formes d’expression que sont la poésie, la fiction, le cinéma ou les discours sociaux. En d’autres termes, comment les classes sociales sont inscrites dans les champs sémantiques, dans les choix de construction, de classement et d’esthétique effectués, par exemple, par les écrivains, les historiens ou les cinéastes.

CONTENTS

Introduction: The Continuum of Class
WILLIAM DOW …………………………………………………………… 7

Health Inequality as a Class Issue
EVELINE THEVENARD…………………………………………………. 17

Transformations: Class, Evangelical Christianity, and Social Aid Policy in the Bush
Administration
JOHN CHANDLER………………………………………………………… 35

Improper Women: Gender, Class, and the Suffragists of the National Woman’s
Party
CLAIRE DELAHAYE………………………………………………………65

Dressing Up : Metrosexuality and American Culture
DAVID COAD……………………………………………………………… 83

Strike(s): William Carlos Williams’s Proletarian Attempts
HELENE AJI……………………………………………………………… 83

Class, Work, and New Races: Zora Neale Hurston’s Their Eyes Were Watching God
and Agnes Smedley’s Daughter of Earth
WILLIAM DOW………………………………………………………….. 111

A Comedy of Terrors : Slipping the Yoke of Race, Class and Gender in Some Works
by Richard Wright
MICHEL FEITH………………………………………………………….. 129

Working Class Hero: Langston Hughes and the Writing of Revolutionary Songs
FREDERIC SYLVANISE……………………………………………….. 153

Does the lady vanish? Gender studies and the lure of homosexuality in James Whale’s
Frankenstein
REYNOLD HUMPHRIES………………………………………………… 169

****************
Bon de commande / Order form

IPSAC VOL 1 NUMBER 1

188 PAGES.

Nom ………………………………………………………………
Adresse……………………………………………………………
……………….…………………………………
Code postal / Zip………………………………………………….
Ville / City…………………………………………………………
Pays / Country…………………………………………………….

… ouvrage(s) au prix unitaire de 22 € franco de port

Règlement par / settlement by :
•Chèque bancaire joint à l’ordre des Presses Universitaires de Valenciennes / draft enclosed
•Virement bancaire / Settlement to our bank account : IBAN FR76 30003 02170 00037262165 79 BIC-ADRESSE SWIFT : SOGEFRPP
•Virement postal joint / Settlement to our Giro account

Distribution en librairie : Les Belles Lettres.

Parutions

Susan Currell, American Culture in the 1920s (Edinburgh: Edinburgh University Press, 2009, £17.99). Pp. xix+252. isbn 978 0 7486 2522 2.

Daniel Geary, Radical Ambition: C. Wright Mills, the Left, and American Social Thought (Berkeley: University of California Press, 2009, £20.95). Pp. 296. isbn 978 520 25836 5.

William Hogeland, Inventing American History (Cambridge, MA: MIT Press, 2009, £9.95). Pp. 216. isbn 978 0 262 01288 1.

Simona Tobia, Advertising America: The United States Information Service in Italy (1945–1956) (Milan: LED, 2008, €33.00). Pp. 323. isbn 978 88 7916 400 9.

Highbrow/Lowbrow. La sortie d’un classique américain en français

La Découverte (qui décidément s’affirme comme un acteur majeur des SHS en France) vient de sortir la traduction française du classique de Lawrence Levine, Highbrow/Lowbrow. The Emergence of Cultural Hierarchy in America (Cambridge, Mass: Harvard University Press, 1988), sous le titre Culture d’en haut, culture d’en bas. Essai sur l’émergence des hiérarchies culturelles en Amérique, traduit de l’anglais par Marianne Woollven et Olivier Vanhée, (La Découverte, 2010).

Il était présenté sur France Culture aujourd’hui dans l’émission Les Lundis de l’histoire de Roger Chartier, par Bernard Lahire et François Weil.

Lawrence Levine (1933-2006) a été un auteur important dans l’élaboration de ma conception de de l’histoire culturelle, car, comme l’a très bien dit F. Weil dans l’émission, c’est un historien de la culture qui est venu de l’histoire des idées sans passer par l’histoire sociale. Moins « sociologue », moins quantitativiste que d’autres il n’en met pas moins en avant de manière très convaincante les mutations intrinsèques à la culture, et interroge les catégories elles-mêmes.

Levine étudie la place de Shakespeare aux Etats-Unis au XIXe siècle. Il note que d’un spectacle reçu par tous, d’un texte présent partout comme l’est la Bible, Shakespeare devient un produit de « haute culture » réservé à certains (un outil de distinction). Il étend ensuite son étude à la musique (musique classique vs musique populaire) et aux musées, pour constater le même déplacement. Ce seront la différenciation des contenus mais aussi des lieux.
On pense ici aussi au livre de John Kasson sur les « bonnes manières », les codes d’étiquette dans l’Amérique du XIXe siècle, Rudeness and Civility. Manners in Nineteenth Century America (New York: Hill & Wang, 1990) [traduit chez Belin, Les Bonnes manières].
Levine est aussi un historien engagé dans son époque et le livre, publié en pleine guerre du canon (great books controversy), est aussi un plaidoyer, à la lumière de l’étude du XIXe siècle, contre la fixité de la culture et de ses lignes et contre ses apologues, tels que Alan Bloom ou William Bennett [épilogue du livre]. Cette revendication de pluralisme me fait penser au dernier livre de Lawrence Lessig, Remix: making art and commerce thrive in the hybrid economy (New York : Penguin Press, 2008) qui définit la culture vivante comme une culture de l’emprunt, de la reprise, du malaxage, bref du « remix », culture devenue impossible à l’ère de l’extrême protection des propriétaires / producteurs aujourd’hui ligué contre la création.

Pour Levine donc, la culture est un processus, un dialogue entre présent et passé. Les « objets culturels » ne comportent donc pas de propriétés intrinsèques qui les qualifient d’avance pour être valorisé par tel ou tel groupe. Les catégories culturelles sont donc construites socialement et surtout historiquement (varient dans le temps). L’approche de Levine, comme tout travail historique, brise les idées romantiques d’universalisme (et donc d’anhistoricité).
Problèmes

    • Comment se porte le choix du groupe social sur tel ou tel objet reste en revanche un point capital que ne traite pas vraiment Levine (où ne l’ai-je pas vu?).
    • Qu’est-ce qui fait qu’une forme/ensemble de formes/style va prendre corps et permettre à une partie de la société de s’identifier/se reconnaître, et au-delà exercer potentiellement une autorité, ou tout simplement son « agency« . A trop valoriser les contextes et les publics on en perd de vue les œuvres elles-mêmes. C’est tout le problème d’une histoire culturelle qui ne soit pas seulement une histoire de la culture.

A suivre…
Jean Kempf

(J’ai eu la joie de le rencontrer grâce à Mark Meigs à OAH: le personnage était exactement comme je le vois dans cet entretien que je recommande)

PARUTION: Hugo Münsterberg, Psychologie du cinématographe (1916)

Hugo Münsterberg
Psychologie du cinématographe
Traduit de l’anglais et présenté par Bernard Genton

Ce livre est une étude méthodique et novatrice dont on trouve ici la première traduction française intégrale. Il fut publié aux États-Unis au printemps de l’année 1916 sous le titre The Photoplay: A Psychological Study.
Le sujet est bien le cinéma, dont la force, l’originalité et les ressorts sont soigneusement analysés et démontés d’un point de vue à la fois psychologique et esthétique.
Münsterberg n’est pas peu fier de mettre sa science et ses convictions philosophiques et esthétiques au service de l’exploration d’un champ entièrement nouveau. L’assurance de sa démarche est proportionnelle à la solidité de ses certitudes, et l’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit d’intégrer le cinéma au monde de l’art et de la culture, et de lui permettre de jouer pleinement son rôle d’éducation intellectuelle, morale et artistique.

Format : 12,5 x 16 cm, 184 pages
Couverture quadrichromie, intérieur noir
Dépôt légal : mars 2010
Prix : 9,50 €
EAN 9782918193043
ISBN 978-2-918193-04-3
Diffusion : r-diffusion — www.r-diffusion.org

De l’incidence éditeur — 78 rue Gabriel Péri 76600 Le Havre — tél. 06 59 41 43 05 — delincidence@gmail.com — www.delincidenceediteur.fr