Master in Cultural History at Utrecht University

The Department of History and Art Studies at Utrecht University offers a one-year master’s course in Cultural History, starting in September 2012. This course is the only master in Cultural History in the Netherlands.

Inescapably, we give meaning to the world we live in. But how have the strategies we use in interpreting our surroundings come about?  Which historical institutions, traditions, cultural values and interpretations continue to shape our lives? How have they been debated and contested in the past and how do they mark the present? How can we use or revise them to shape our future? To address these issues, our Master programme offers historical insight into, and a deep understanding of, today’s complex and globalised world, based on a unique blend of historical theory and practice. The programme explores how cultural historians translate their theoretical insights into practical research on cultural modernity, combining academic excellence with social relevance. Using our special expertise in the fields of the history of media, religion, visual culture, cultural heritage and collective memory, gender studies and more, we offer a broad spectrum of cultural perspectives and approaches with regard to modern Western and global history. Our modules explore themes like the role of museums and heritage in the integration of minorities, the cultural cold war in Europe, the representation of self and alterity in literature, the interrelationship of religion, culture and power and the history of utopian thought.

The course is designed to help students acquire the skills necessary to navigate a professional environment; students may integrate an internship into the programme. Above all, students will acquire fundamental knowledge of the world, of the origin of values and strategies, of traditions and counter-traditions, of cultural clashes and exchanges. Such a broad cultural orientation helps us to better understand the manifold choices we are facing in shaping our world. Thus, by studying the past, the Master programme aims to be topical, relevant, and future-oriented.

Students who successfully complete a Master’s degree in Cultural History find work as policy makers, journalists, publishers, cultural advisors, teachers, curators, preservationists and researchers.

Utrecht University offers a unique gateway to Europe and the world. One of Europe’s leading research universities, Utrecht University is ranked best in the Netherlands, 12th in Europe, and 48th in the world by the prestigious Shanghai Academic Rankings of World Universities 2011. In the <http://www.timeshighereducation.co.uk/world-university-rankings/>Times Higher Education Ranking Utrecht University is 1st in The Netherlands, 18th in Europe and 68th in the world. The internationally oriented Faculty of the Humanities is located in the beautiful old city centre.

For more information on the Master in Cultural History, see: http://www.uu.nl/university/international-students/EN/culturalhistory or contact Dr. Willemijn Ruberg.

For more information on Utrecht University: http://www.uu.nl/ (Dutch) or http://www.uu.nl/EN (English).

Information on application can be found here.

The application deadline is 1 April 2012.

C’était demain : “Is This Tomorrow? America Under Communism”

[Ce texte est paru dans une version légèrement différente dans le n° 113-114 du Collectionneur de bandes dessinées (octobre 2008).]

Si la guerre froide fut avant tout une politique étrangère, elle n’aurait jamais duré aussi longtemps sans l’assentiment de la majorité des Américains. Le pro-soviétisme caricatural de quelques films hollywoodiens mis en scène entre 1942 et 1945 fit long feu dès la fin des hostilités – ce qui n’avait rien d’étonnant dans un pays où aucun mouvement socialiste n’avait jamais pu s’implanter et où une première paranoïa anticommuniste avait battu son plein en 1919-1920, à une période où de nombreux Américains craignaient que les immigrants européens “radicaux” importent aux Etats-Unis la révolution bolchévique ! En 1947, l’URSS était redevenue un épouvantail pour une majorité d’Américains.

Parmi ceux-ci, une minorité très agissante se sentait particulièrement concernée : les catholiques, frappés de plein fouet par l’absorption dans la sphère communiste de pays d’Europe centrale où leur religion dominait la vie sociale et politique depuis longtemps, tels la Pologne, la Hongrie, l’Autriche et la Yougoslavie (particulièrement la Croatie et la Slovénie). C’est pourquoi l’Eglise américaine compta parmi les lobbies anticommunistes les plus actifs durant la guerre froide — avec quelques catholiques d’origine irlandaise qui s’illustrèrent brillamment dans ce domaine, tel le sénateur du Wisconsin Joseph McCarthy…

On doit à un autre natif du Wisconsin, le Père Louis A. Gales, ce qui fut vraisemblablement le premier comic-book de propagande anticommuniste : le fascicule de 48 pages couleur intitulé Is This Tomorrow: America Under Communism, publié en fin d’année 1947 par Catechetical Guild (CG). Sous la férule vigoureuse du Père Gales, cette maison d’édition située au 145 de la 5e rue Est à Saint Paul (Minnesota), était à l’époque un des principaux éditeurs de presse catholique du pays : son titre-vedette était depuis 1937 Catholic Digest, mensuel qui reprenait des articles abrégés tirés d’autres revues grand public (comme son quasi-homonyme Reader’s Digest…). En 1942, CG s’était lancé dans la bande dessinée avec Timeless Topix [‘Sujets de tous les temps’] : rebaptisé Topix à partir de l’automne 1946, cet illustré mensuel au contenu édifiant avait été conçu durant la guerre pour faire pièce aux comic books dont le contenu était alors jugé nocif (en fait essentiellement les titres de super-héros). Au printemps 1946, la maison avait ajouté à son catalogue Treasure Chest of Comics [‘Coffre au trésor de la bd’], titre diffusé durant l’année scolaire dans les écoles catholiques.

Sur la genèse de Is This Tomorrow, on sait fort peu de choses. Le seul élément dont on dispose à ce jour est la version noir et blanc diffusée à 3000 exemplaires en septembre 1947 avant la sortie nationale de la version couleurs. C’est un document rarissime dont un exemplaire en parfait état s’est vendu aux enchères sur Internet le 18 janvier 2007 pour la coquette somme de 5975 dollars. La couverture de ce fascicule est barrée d’un énorme CONFIDENTIAL qui surmonte un texte de présentation dans lequel les responsables éditoriaux expliquent leur projet : proposer aux lecteurs qui ne sont ni des intellectuels ni des chercheurs une vision de ce qui pourrait arriver si le communisme envahissait les Etats-Unis. Ils ajoutaient : “Il est vrai que IS THIS TOMORROW est destiné à parler aux émotions, mais strictement sur les bases de la raison. Si qui que ce soit est enclin à penser que notre exposé relève de l’imagination, une analyse critique révèlera que chaque image, chaque phrase a des précédents dans la théorie et la pratique communistes.” Le texte précisait également que l’illustré serait diffusé dans les églises, les écoles, les usines, les associations, les détaillants de presse — énumération qui témoignait du lobbying catholique dans la société américaine, où le statut de relative minorité de l’Eglise romaine est depuis toujours compensé par un maillage serré de réseaux dans l’industrie et le monde associatif. Une suite intitulée What Is The Answer? était également annoncée.

Is This Tomorrow fut publié le 1er novembre 1947. Il existe au moins trois versions de sa couverture : la plus répandue, celle qui montre six personnages en train de se battre devant un drapeau américain en feu, fut imprimée avec ou sans la mention ‘10¢’ dans le coin supérieur droit, selon qu’il s’agissait d’exemplaires destinés à être vendus ou distribués gratuitement ; la troisième version, beaucoup plus frappante visuellement, montre une main géante ouverte prête à s’abattre sur une église et une usine avec le sigle soviétique de la faucille et du marteau dans le coin supérieur droit. Le lecteur qui ouvrait le fascicule découvrait en 2e et 3e de couverture des textes expliquant la réalité du danger communiste et l’importance de tout faire pour empêcher qu’il contamine les Etats-Unis ; la 4e de couverture proposait “10 commandements de citoyenneté” pour combattre le communisme, parmi lesquels on pouvait lire “Soyez tolérant des autres races, religions et nationalités”, “Pratiquez votre religion”, “Lisez journaux et magazines avec un oeil critique”, sans oublier “Soyez américain d’abord.”
Le récit en est apocalyptique. “Peu après la fin de la seconde guerre mondiale”, à la suite d’une année de sécheresse, les Etats-Unis se trouvent menacés par la famine; pour les lecteurs de la fin des années 40, c’était une allusion transparente au “Dust Bowl” (nom donné aux dérèglements climatiques qui avaient asséché le centre des Etats-Unis au début des années 30 et précipité dans la précarité et l’errance des milliers d’agriculteurs pendant les pires années de la dépression). C’est le moment que choisit le Kremlin pour ordonner à ses agents sur le sol américain de prendre le contrôle du pays. Leur chef, le nommé Jones, sosie à cheveux blancs de Lénine, organise alors l’infiltration méthodique du pays en prenant le contrôle des médias puis en noyautant le monde ouvrier et l’armée. Au fil du récit, on voit successivement les nouvelles autorités abattre les chefs d’état-major, arrêter les membres du Congrès, exécuter des hommes d’église tandis que les enfants sont endoctrinés pour dénoncer leurs parents si ceux-ci résistent au nouveau régime. A la dernière page, lors du banquet tenu par les chefs communistes pour célébrer l’ordre nouveau, Jones meurt subitement d’une crise cardiaque ; mais, dans la dernière case, son numéro 2, Brown annonce : “Je vais prendre la relève de Jones. Le communisme ne repose pas sur un seul homme. C’est une conception du gouvernement qui vise à diriger le monde.”

Qui écrivit ce scénario ? Difficile à dire. Probablement pas le Père Gales mais peut-être F. Robert Edman, le rédacteur en chef de Topix, ou un scénariste anonyme. La question du graphisme est plus attrayante. Un examen attentif des 48 pages montre qu’elles ont été produites par moins quatre dessinateurs différents, aucun ne brillant d’ailleurs par un talent particulier. Et pourtant, l’un de ces tâcherons devait devenir l’auteur de bandes dessinées américain le plus connu au monde. Né à Saint Paul en 1922 et habitant à l’époque à Minneapolis, à quelques kilomètres de là, ce jeune homme qui avait appris le dessin par correspondance avait été engagé en 1946 par Roman Baltes, directeur artistique de Topix, pour assurer le lettrage des bulles en anglais, mais aussi pour les éditions étrangères en espagnol et en français. Pour le récompenser de la qualité de son travail, Baltes lui demanda quelques mois plus tard d’illustrer quatre pages d’une histoire “où il était question de soldats” [Cf. “Charles Schulz”, interview accordée à Shel Dorf, Comics Interview 47 (1987), p. 15 ; David Michaelis, Schulz and Peanuts: A Biography (Harper, 2007), pp. 166-167]. Ce n’était autre que Is This Tomorrow et le jeune dessinateur s’appelait Charles M. Schulz, futur créateur de “Peanuts.” L’auteur de ces lignes, néanmoins, se doit d’avouer qu’il lui a été impossible de repérer où que ce soit dans le fascicule une case ou un dessin suggérant le style de Schulz : le réalisme médiocre de ces pages n’a aucun point commun avec le graphisme simplifié et en rondeur de Charlie Brown et Snoopy.

Il semble que Is This Tomorrow fut diffusé à 4 millions d’exemplaires. C’était un chiffre colossal : à titre de comparaison, il représentait le double du tirage de Walt Disney’s Comics & Stories, à l’époque le comic book le plus vendu avec avec 2 millions d’exemplaires par numéro. Il est vraisemblable que la majorité des fascicules furent distribués gratuitement dans les écoles et patronages et à la sortie des usines. Ce qui est certain, c’est qu’ils ne passèrent pas inaperçus. Un entrefilet publié dans le Time Magazine du 17 novembre 1947 racontait que le quotidien communiste The Daily Worker avait qualifié l’illustré de “fasciste, hitlérien, d’un fascisme sans fard, un brûlot pour l’esprit des enfants d’Amérique, une propagande belliciste fasciste, antisémite, antidémocrate, le Mein Kampf des enfants.” Son rédacteur en chef John Gates avait demandé dans un article rageur que le ministère des Postes en interdise l’expédition postale, que le ministère des finances prenne des sanctions fiscales contre les éditeurs et que le ministère de la justice les “poursuive pour incitation à la violence et pour avoir imprimé des calomnies criminelles.” Le journaliste communiste avait eu entre les mains la version “confidentielle” noir et blanc : celle-ci contenait des cases finalement enlevées de la version couleurs, dont une qui montrait un cardinal crucifié par des communistes sur la porte d’une église. Il est vrai qu’en termes de propagande, les communistes n’avaient rien à apprendre aux catholiques.

Is This Tomorrow connut non seulement une diffusion énorme sur le territoire américain mais il eut au moins trois adaptations étrangères. Il existe une version australienne (Is This Tomorrow: Australia Under Communism), une version française pour le Québec (A quand notre tour ? Le communisme au Canada) et une version turque intitulée Kizil Tehlike  (qui signifie “Danger écarlate”). Publiées en 1949, toutes trois furent adaptées aux réalités du pays où elles devaient être diffusées : dans la version québécoise, les cases représentant le bâtiment du Congrès et la carte des Etats-Unis furent remplacées par des dessins du Parlement d’Ottawa et d’une carte du Canada ; dans la version australienne (imprimée en noir et blanc), la couverture représentait une carte de l’Australie entièrement rouge barrée d’une faucille et d’un marteau et la crise permettant la prise du pouvoir par les communistes n’était pas une sécheresse mais une grève paralysant les bassins houilliers, élément beaucoup plus réaliste dans l’Australie de l’après-guerre.

Malgré une légende solidement ancrée, la propagande anticommuniste caricaturale fut un feu de paille aussi bien dans les comic books qu’au cinéma. Tout comme Hollywood produisit seulement une vingtaine de brulôts antisoviétiques, on compte un nombre équivalent ou inférieur de comic books dans la même veine produits après la guerre. Le coup d’éclat éditorial de Is This Tomorrow, avec son tirage énorme et une couverture médiatique considérable pour l’époque, ne se répéta pas. Non seulement Catechetical Guild ne publia pas la suite annoncée mais deux autres fascicules anticommunistes prévus pour 1950 connurent des destinées mitigées. Blood Is the Harvest (Moisson de sang), dont la couverture montrait un jeune soldat soviétique sur le point d’exécuter un couple de paysans aux yeux bandés, racontait comment l’URSS endoctrinait sa jeunesse et ambitionnait de faire de même avec la jeunesse des Etats-Unis ; il eut une diffusion confidentielle, sans comparaison avec celle d’Is This Tomorrow. Quand à If The Devil Would Talk (Si le diable parlait), fascicule faisant le procès de la laïcité, sa parution fut annulée en interne tant il fit l’objet de critiques du conseil d’administration de la maison d’édition ; une version modifiée fut publiée huit ans plus tard, sans grand bruit.

Les comic books anticommunistes publiés sous l’égide de l’Eglise catholique constituent un témoignage historique passionnant à plusieurs titres. Ils illustrent les formes que prit le propagandisme antisoviétique le plus excessif au moment où les revues de bande dessinée étaient considérées comme un moyen de communication de masse de grande ampleur — mais c’est cette popularité même qui coupa l’herbe sous le pied de l’entreprise de propagande. En effet, le double échec éditorial de 1950 coïncida avec une période où les illustrés subissaient le tir de barrage des protecteurs de l’enfance de tous ordres, au premier rang desquels se trouvaient… les catholiques. Regorgeant d’images violentes, choquantes, effrayantes (pour les normes des autorités ecclésiastiques de l’époque du moins), Blood Is the Harvest et If the Devil Would Talk ne purent bénéficier du contexte faste de l’automne 1947 où la popularité commerciale des comic books, pas encore affectée par la campagne d’opinion à leur encontre qui n’allait prendre de l’ampleur que l’année suivante, fut amplifiée par l’enthousiasme du public américain pour la nouvelle politique antisoviétique du Président Truman. Le contraste entre le succès de 1947 et les échecs de 1950 constitue un bel exemple de la délicatesse et de la fragilité des mécanismes de propagande, qui finissent parfois par se retourner contre leurs initiateurs !

La fin de Ben Laden : le sens d’une photographie

Texte rédigé par Bernard Genton.

Onze hommes et deux femmes autour d’une table couverte d’ordinateurs portables dépliés, dans le coin d’une pièce dont on ne sait pas si elle est exiguë ou vaste, fixent du regard un écran hors champ. Six sont assis, le reste debout. La femme assise se couvre la bouche, comme pour retenir un cri devant une scène pleine de suspens ou d’horreur. Les expressions sont graves, tendues, avec des variations d’intensité. Il y a une exception : le troisième homme en partant de la gauche, un militaire de haut rang, pianote placidement sur l’ordinateur qu’il a devant lui, occupé par autre chose. Au centre de l’image, recouvrant à moitié un clavier, on voit un document en couleurs, flouté pour des raisons de sécurité.
C’est l’une des neuf photographies diffusées par la Maison Blanche dans l’après-midi du 2 mai, manifestement la plus parlante, celle qui a été reprise immédiatement par les journaux et médias électroniques du monde entier. L’auteur de cette image est Peter Souza, photographe officiel de la présidence depuis 2009, et par ailleurs professeur de photographie à l’Université de l’Ohio. Il a publié plusieurs livres remarqués, et l’on connaît de lui un reportage émouvant sur les funérailles du président Reagan en 2004.
Le groupe représenté sur la photographie de Peter Souza est composé du président des États-Unis, du vice président, de la secrétaire d’État (c’est-elle qui retient son souffle) et de divers hauts responsables : le conseiller pour la sécurité, le chef d’état-major des armées, le ministre de la Défense, la responsable de l’antiterrorisme, etc. C’est une cellule de crise en action, même si l’action décrite ici consiste à regarder un programme invisible, mais dont le spectateur connaît la trame.
Que nous dit cette photographie ? A première vue, elle projette l’image d’une équipe réduite, mais soudée autour d’un chef qui n’occupe même pas la position centrale, ni d’ailleurs le premier plan, comme si l’événement extérieur transcendait toute hiérarchie politique. Voici des gens ordinaires en présence d’une scène extraordinaire dont ils ne connaissent pas encore l’issue. Ce sont les acteurs non vus, c’est-à-dire les membres du commando, qui assument la charge de l’échec ou de la réussite.
C’est ici qu’il est nécessaire de faire intervenir un élément externe, à savoir le nom de code de l’opération militaire qui a abouti a l’élimination d’Oussama Ben Laden : « Geronimo ». On se rappelle que Geronimo (1829-1909) fut le héros de la résistance apache. Il avait fallu des années au gouvernement fédéral pour régler le problème, par une opération quelque peu disproportionnée, puisque plusieurs milliers de soldats avaient été mobilisés pour obtenir la reddition de Geronimo et de son « armée » de 50 braves tout au plus. Intentionnelle ou non, l’équation ainsi établie entre une grande figure de la lutte sans espoir des Indiens d’Amérique du Nord dans les années 1880 et le terroriste le plus recherché des années 2000 brouille le message. Veut-on dire que Ben Laden est un résistant, le défenseur d’une cause perdue ?
Ces difficultés sémantiques disparaissent dès lors que l’on songe à la puissance culturelle de l’industrie cinématographique et de son influence sur l’esprit et les catégories mentales des responsables militaires et politiques, dont beaucoup ont grandi dans les années cinquante et soixante, âge d’or du western hollywoodien et télévisuel. De ce point de vue un peu étroit, il n’y a aucune différence entre les présidents George W. Bush et Barack Obama : le premier disait, comme dans un western de la haute époque : « We’ll get him ». Le second déclare, une fois la chose faite, « We got him ». On aurait pu penser que les westerns révisionnistes de la fin des années soixante (Little Big Man, Soldier Blue) auraient laissé des traces plus profondes, effacé les stéréotypes des westerns de production courante, dans lesquels les Indiens étaient presque toujours représentés comme des sauvages violents et sanguinaires. On voit qu’il n’en est rien : le choix du symbole Geronimo s’inscrit dans la logique implacable du western traditionnel, genre notoirement affaibli, mais qui se survit, et de quelle manière, dans la psychologie et la culture des militaires et des politiques d’aujourd’hui.
On pourrait penser que la photographie de Souza a deux fonctions : la première consiste à nous administrer la preuve que le moment de vérité (showdown) a bien eu lieu, comme au cinéma, puisque nous sommes mis en présence de ceux qui ont commandité puis vu ce film. La seconde, un peu plus subtile, réside dans l’escamotage des images du même moment de vérité. Les spectateurs de l’équipe dirigeante nous épargnent pour l’instant l’horreur de la vision réelle. Ainsi voyons-nous les yeux qui ont vu, ainsi échappons-nous au sang. Mais cette photographie dit également une autre vérité, dans la mesure où elle traduit une hésitation, un désarroi devant la scène de cinéma-vérité produite et non montrée, absence d’image qui risque de devenir de plus en plus encombrante.

La frontière encore et toujours

Je signale un article intéressant paru dans la nouvelle livraison (électronique) de The Atlantic : Closing the Digital Frontier. Le propos principal (le web libre des navigateurs va disparaître au profit d’un web monétisé des smarts-phones) nous importe moins que la reprise systématique, dans toute pensée de la nouveauté impensée aux Etats-Unis, de la matrice de la Frontière. Celle-ci est convoquée non seulement comme paradigme (pourquoi pas?) mais encore (ce qui est plus surprenant) dans ses modalités historiques. L’histoire américaine est ainsi régulièrement relue à l’aune de la chronologie (et de la terminologie) du XIXe siècle qui constitue, autant sinon plus que le XVIIIe, la matrice de la Nation dans son éternité (en tout cas dans l’éternité de sa répétition).