Highbrow/Lowbrow. La sortie d’un classique américain en français

La Découverte (qui décidément s’affirme comme un acteur majeur des SHS en France) vient de sortir la traduction française du classique de Lawrence Levine, Highbrow/Lowbrow. The Emergence of Cultural Hierarchy in America (Cambridge, Mass: Harvard University Press, 1988), sous le titre Culture d’en haut, culture d’en bas. Essai sur l’émergence des hiérarchies culturelles en Amérique, traduit de l’anglais par Marianne Woollven et Olivier Vanhée, (La Découverte, 2010).

Il était présenté sur France Culture aujourd’hui dans l’émission Les Lundis de l’histoire de Roger Chartier, par Bernard Lahire et François Weil.

Lawrence Levine (1933-2006) a été un auteur important dans l’élaboration de ma conception de de l’histoire culturelle, car, comme l’a très bien dit F. Weil dans l’émission, c’est un historien de la culture qui est venu de l’histoire des idées sans passer par l’histoire sociale. Moins « sociologue », moins quantitativiste que d’autres il n’en met pas moins en avant de manière très convaincante les mutations intrinsèques à la culture, et interroge les catégories elles-mêmes.

Levine étudie la place de Shakespeare aux Etats-Unis au XIXe siècle. Il note que d’un spectacle reçu par tous, d’un texte présent partout comme l’est la Bible, Shakespeare devient un produit de « haute culture » réservé à certains (un outil de distinction). Il étend ensuite son étude à la musique (musique classique vs musique populaire) et aux musées, pour constater le même déplacement. Ce seront la différenciation des contenus mais aussi des lieux.
On pense ici aussi au livre de John Kasson sur les « bonnes manières », les codes d’étiquette dans l’Amérique du XIXe siècle, Rudeness and Civility. Manners in Nineteenth Century America (New York: Hill & Wang, 1990) [traduit chez Belin, Les Bonnes manières].
Levine est aussi un historien engagé dans son époque et le livre, publié en pleine guerre du canon (great books controversy), est aussi un plaidoyer, à la lumière de l’étude du XIXe siècle, contre la fixité de la culture et de ses lignes et contre ses apologues, tels que Alan Bloom ou William Bennett [épilogue du livre]. Cette revendication de pluralisme me fait penser au dernier livre de Lawrence Lessig, Remix: making art and commerce thrive in the hybrid economy (New York : Penguin Press, 2008) qui définit la culture vivante comme une culture de l’emprunt, de la reprise, du malaxage, bref du « remix », culture devenue impossible à l’ère de l’extrême protection des propriétaires / producteurs aujourd’hui ligué contre la création.

Pour Levine donc, la culture est un processus, un dialogue entre présent et passé. Les « objets culturels » ne comportent donc pas de propriétés intrinsèques qui les qualifient d’avance pour être valorisé par tel ou tel groupe. Les catégories culturelles sont donc construites socialement et surtout historiquement (varient dans le temps). L’approche de Levine, comme tout travail historique, brise les idées romantiques d’universalisme (et donc d’anhistoricité).
Problèmes

    • Comment se porte le choix du groupe social sur tel ou tel objet reste en revanche un point capital que ne traite pas vraiment Levine (où ne l’ai-je pas vu?).
    • Qu’est-ce qui fait qu’une forme/ensemble de formes/style va prendre corps et permettre à une partie de la société de s’identifier/se reconnaître, et au-delà exercer potentiellement une autorité, ou tout simplement son « agency« . A trop valoriser les contextes et les publics on en perd de vue les œuvres elles-mêmes. C’est tout le problème d’une histoire culturelle qui ne soit pas seulement une histoire de la culture.

A suivre…
Jean Kempf

(J’ai eu la joie de le rencontrer grâce à Mark Meigs à OAH: le personnage était exactement comme je le vois dans cet entretien que je recommande)