Journée d’étude « Photographier la société: regards croisés France – Etats-Unis, 1860-1940 » : Paris 7, 2 avril 2010

Groupe de recherches sur l’histoire des images en Amérique du nord (HIMAN)
Sous l’égide du Laboratoire de Recherches sur les Cultures Anglophones (LARCA EA 4214)

Journée d’études doctorales du 2 avril 2010

Institut Charles V — Université Paris Diderot

Salle A 50

Images et histoire : échanges transatlantiques 1

Photographier la société : regards croisés France – Etats-Unis, 1860-1940

MATIN
modérateur : François Brunet (U. Paris Diderot-Paris 7)

9h30 Accueil

9h45 Remarques d’introduction

10h Anne Lesme (U. Provence)
« Images d’enfants pauvres et naissance de la photographie sociale aux Etats-Unis
(Jacob Riis et Lewis Hine). »

11h Florence Moreau (U. Paris Diderot)
« Perspectives de la photographie mise en scène : le style Life »

APRES-MIDI
modérateur : Paul-Louis Roubert (U. Paris 8 – St. Denis)

14h Ken Garner (U. Michigan Ann Arbor)
« Aime Laussedat and the Technopolitics of the Image »

15h Catherine Clark (U. Southern California)
« ‘Le document par excellence’ : La photographie, Marcel Poëte, et la Bibliothèque historique de la ville de Paris »

16h Jacob Lewis (Northwestern U.)
« Charles Nègre and the Visual Economy of Early Photomechanical Reproduction (1855-1867) »

17h Clôture de la journée.

Des précis en français des communications délivrées en anglais seront disponibles.

Université Paris Diderot- Paris 7 – UFR d’Etudes anglophones
10 rue Charles V 75004 Paris – 01 57 27 58 20
métros : Bastille, Sully-Morland, Saint-Paul
contact : francois.brunet@univ-paris-diderot.fr

Un blog sur l’histoire culturelle des Etats-Unis: mais oui !

Ce carnet de recherches portera sur l’histoire des productions et des représentations culturelles aux Etats-Unis.

Il est animé par un groupe informel de spécialistes universitaires de « civilisation américaine », qui souhaitent associer leurs étudiants avancés à cette initiative.

Il a pour objectif de renforcer la création d’un réseau d’histoire culturelle des Etats-Unis en :

– mettant en commun les ressources et les informations

– faisant circuler débats et idées, le débat et la controverse. Nous voulons que nos étudiants, du master au doctorat, puissent s’intégrer à ce réseau, où ils trouveront des sujets de réflexion et des pistes de recherche, des ressources bibliographiques, des opinions et des prises de positions.

Notre ambition est de faire avancer par ce biais l’avancée de travaux théoriques et de terrain qui existent déjà dans le paysage universitaires mais manquent de relais, ou en faire émerger de nouveaux.

Notre territoire s’arrête aux limites extérieures de l’Amérique du Nord anglophone. Quant à nos objets de recherche, ils sont d’une grande variété : si nous prenons en compte  toutes les productions culturelles, sans exception, de la littérature à la bande dessinée, du cinéma aux séries télévisées, de la photographie à l’art contemporain, de la musique populaire aux compositions savantes, des arts de la rue aux jeux électroniques, nous nous intéressons aussi aux cadres institutionnels, politiques ou industriels au sein desquels ces productions apparaissent : les musées, les bibliothèques, les fondations, les salles de spectacle font naturellement partie de notre paysage, de même que les galeries ou les musées. Les grands débats qui occupent de temps à autre l’espace public – sur le « canon » littéraire, les enjeux de l’éducation et de la transmission du savoir et des valeurs, les modes de financement de la culture, etc. – figurent également dans le champ de nos préoccupations.

Si nous n’avons aucun a priori théorique particulier, et si nous ne sommes ni une école, ni un groupe structuré, certains d’entre nous se reconnaissent volontiers dans certains auteurs ou dans certains positionnements : Hannah Arendt, Lawrence Levine, Michael Kammen, Robert Sklar aux Etats-Unis mais aussi Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, Pierre Nora en France sont ceux dont nous nous sentons les plus proches. Nous partageons avec eux la conviction que la culture, au sens étroit du terme, n’est jamais un champ entièrement autonome, et que ses productions n’échappent pas aux conditions concrètes de l’existence sociale, politique ou économique. C’est en ce sens que notre définition de la « culture » est à la fois souple et pragmatique, englobant à la fois l’acception la plus étroite, qui renvoie principalement aux œuvres de l’esprit, et l’acception la plus large, anthropologique, et que nous la comprenons aussi comme une entreprise comparative.

François Brunet (Paris 7), Jean-Paul Gabilliet (Bordeaux 3), Bernard Genton (Strasbourg), André Kaenel (Nancy 2), Jean Kempf (Lyon 2), Mark Meigs (Paris 7).