La fin de Ben Laden : le sens d’une photographie

Texte rédigé par Bernard Genton.

Onze hommes et deux femmes autour d’une table couverte d’ordinateurs portables dépliés, dans le coin d’une pièce dont on ne sait pas si elle est exiguë ou vaste, fixent du regard un écran hors champ. Six sont assis, le reste debout. La femme assise se couvre la bouche, comme pour retenir un cri devant une scène pleine de suspens ou d’horreur. Les expressions sont graves, tendues, avec des variations d’intensité. Il y a une exception : le troisième homme en partant de la gauche, un militaire de haut rang, pianote placidement sur l’ordinateur qu’il a devant lui, occupé par autre chose. Au centre de l’image, recouvrant à moitié un clavier, on voit un document en couleurs, flouté pour des raisons de sécurité.
C’est l’une des neuf photographies diffusées par la Maison Blanche dans l’après-midi du 2 mai, manifestement la plus parlante, celle qui a été reprise immédiatement par les journaux et médias électroniques du monde entier. L’auteur de cette image est Peter Souza, photographe officiel de la présidence depuis 2009, et par ailleurs professeur de photographie à l’Université de l’Ohio. Il a publié plusieurs livres remarqués, et l’on connaît de lui un reportage émouvant sur les funérailles du président Reagan en 2004.
Le groupe représenté sur la photographie de Peter Souza est composé du président des États-Unis, du vice président, de la secrétaire d’État (c’est-elle qui retient son souffle) et de divers hauts responsables : le conseiller pour la sécurité, le chef d’état-major des armées, le ministre de la Défense, la responsable de l’antiterrorisme, etc. C’est une cellule de crise en action, même si l’action décrite ici consiste à regarder un programme invisible, mais dont le spectateur connaît la trame.
Que nous dit cette photographie ? A première vue, elle projette l’image d’une équipe réduite, mais soudée autour d’un chef qui n’occupe même pas la position centrale, ni d’ailleurs le premier plan, comme si l’événement extérieur transcendait toute hiérarchie politique. Voici des gens ordinaires en présence d’une scène extraordinaire dont ils ne connaissent pas encore l’issue. Ce sont les acteurs non vus, c’est-à-dire les membres du commando, qui assument la charge de l’échec ou de la réussite.
C’est ici qu’il est nécessaire de faire intervenir un élément externe, à savoir le nom de code de l’opération militaire qui a abouti a l’élimination d’Oussama Ben Laden : « Geronimo ». On se rappelle que Geronimo (1829-1909) fut le héros de la résistance apache. Il avait fallu des années au gouvernement fédéral pour régler le problème, par une opération quelque peu disproportionnée, puisque plusieurs milliers de soldats avaient été mobilisés pour obtenir la reddition de Geronimo et de son « armée » de 50 braves tout au plus. Intentionnelle ou non, l’équation ainsi établie entre une grande figure de la lutte sans espoir des Indiens d’Amérique du Nord dans les années 1880 et le terroriste le plus recherché des années 2000 brouille le message. Veut-on dire que Ben Laden est un résistant, le défenseur d’une cause perdue ?
Ces difficultés sémantiques disparaissent dès lors que l’on songe à la puissance culturelle de l’industrie cinématographique et de son influence sur l’esprit et les catégories mentales des responsables militaires et politiques, dont beaucoup ont grandi dans les années cinquante et soixante, âge d’or du western hollywoodien et télévisuel. De ce point de vue un peu étroit, il n’y a aucune différence entre les présidents George W. Bush et Barack Obama : le premier disait, comme dans un western de la haute époque : « We’ll get him ». Le second déclare, une fois la chose faite, « We got him ». On aurait pu penser que les westerns révisionnistes de la fin des années soixante (Little Big Man, Soldier Blue) auraient laissé des traces plus profondes, effacé les stéréotypes des westerns de production courante, dans lesquels les Indiens étaient presque toujours représentés comme des sauvages violents et sanguinaires. On voit qu’il n’en est rien : le choix du symbole Geronimo s’inscrit dans la logique implacable du western traditionnel, genre notoirement affaibli, mais qui se survit, et de quelle manière, dans la psychologie et la culture des militaires et des politiques d’aujourd’hui.
On pourrait penser que la photographie de Souza a deux fonctions : la première consiste à nous administrer la preuve que le moment de vérité (showdown) a bien eu lieu, comme au cinéma, puisque nous sommes mis en présence de ceux qui ont commandité puis vu ce film. La seconde, un peu plus subtile, réside dans l’escamotage des images du même moment de vérité. Les spectateurs de l’équipe dirigeante nous épargnent pour l’instant l’horreur de la vision réelle. Ainsi voyons-nous les yeux qui ont vu, ainsi échappons-nous au sang. Mais cette photographie dit également une autre vérité, dans la mesure où elle traduit une hésitation, un désarroi devant la scène de cinéma-vérité produite et non montrée, absence d’image qui risque de devenir de plus en plus encombrante.

Cfp: The Second World War, Popular Culture and Cultural Memory

Call For Papers
The Second World War, Popular Culture and Cultural Memory
University of Brighton, UK: 13-15 July 2011

Few historical events have resonated as fully in modern British popular culture as the Second World War. It has left a rich legacy in a range of media that continue to attract a wide audience: film, TV and radio, photography and the visual arts, journalism & propaganda, architecture, music and literature. The war’s institutionalised commemoration and remembrance fuels a museum and heritage industry whose work often benefits from the latest internet technology for maximum dissemination to educational institutions and the general public. In fact, the popular culture of the war is a cornerstone of its afterlife. The Second World War remains an easy point of reference for exhortations about public behaviour, from terrorist attacks (‘London can take it!’) to coping with credit crunch austerity (‘Makedo and mend’).

This interdisciplinary conference will examine popular culture of the Second World War on the home front and in British theatres of war abroad. Defining popular culture in its widest sense – as both a ‘way of life’ and as ‘cultural texts’ – the conference will explore both wartime popular culture and its post-war legacy. We invite established scholars, museum curators, media practitioners and postgraduate researchers from a wide range of disciplines to contribute to a lively debate about the role and meaning of popular culture both during the war and in the cultural memory of the Second World War in Britain and elsewhere.

Keynote Speakers:
Professor Jim Aulich (Manchester Metropolitan University, UK),
Professor Susan R. Grayzel (University of Mississippi, USA), Professor
Gill Plain (University of St Andrews, UK)

We welcome proposals for individual 20 minute papers as well as submissions for panels of three speakers and a Chair. Possible topics and panels may include but are not limited to:

* Popular culture in commemorative and museal practices
* Popular culture in/of combatant, Prisoner of War and internee life
* Posters, propaganda, broadcasting
* Entertainment in WW2
* WW2 in children’s literature and media
* Contemporary merchandising of WW2 culture and memorabilia
* Total war, war culture and popular culture
* The ‘people’s war’ in lived experience and in cultural texts
* Representations of national identity and ‘the enemy’
* Death, grief and bereavement in wartime and post-war popular culture
* Material culture of the war and its afterlife
* Representations of the British popular culture of the war abroad
* Fashion, Food and retro-merchandising
* Neo historical novels, war films, ‘militainment’
* Forgotten aspects of wartime popular culture

There may be bursaries for postgraduates and independent scholars.

Please send abstracts of no more than 300 words to:
ww2conference@brighton.ac.uk
Deadline:  31 January 2011

Conference organisers: Dr Lucy Noakes (University of Brighton, UK), Dr
Juliette Pattinson (Strathclyde University, UK), Dr Petra Rau
(University of Portsmouth, UK)