La frontière encore et toujours

Je signale un article intéressant paru dans la nouvelle livraison (électronique) de The Atlantic : Closing the Digital Frontier. Le propos principal (le web libre des navigateurs va disparaître au profit d’un web monétisé des smarts-phones) nous importe moins que la reprise systématique, dans toute pensée de la nouveauté impensée aux Etats-Unis, de la matrice de la Frontière. Celle-ci est convoquée non seulement comme paradigme (pourquoi pas?) mais encore (ce qui est plus surprenant) dans ses modalités historiques. L’histoire américaine est ainsi régulièrement relue à l’aune de la chronologie (et de la terminologie) du XIXe siècle qui constitue, autant sinon plus que le XVIIIe, la matrice de la Nation dans son éternité (en tout cas dans l’éternité de sa répétition).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.