La controverse Larry Clark

7 octobre 2010
Par

L’interdiction aux moins de 18 ans de la rétrospective Larry Clark au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (à partir du 8 octobre) fait la une des quotidiens ces jours-ci. Les élus Verts à la Mairie, tout comme certains journaux tels Libération qui publie en première page une des photos “chocs” du photographe américain, ont qualifié la mesure de “censure”. Sans refuser cette lecture, pourtant en partie incorrecte (l’expo peut se tenir comme le fait remarquer la Mairie), on doit aussi (peut-être surtout) y lire des signes culturels intéressants qui révèlent d’autres aspects tant de la photographie que de notre société. J’en vois quatre.
1) Le plus évident: la société française suit actuellement la pente contentieuse des Etats-Unis, ou le principe de précaution répond aux risques de poursuites judiciaires qui se multiplient. Sous prétexte de lever le poids de l’autoritarisme paternaliste de l’Etat (qui décide de ce qui peut relever de la sphère publique et de ce qui doit rester dans la sphère privée), la libéralisation des outils juridiques est en réalité une prime à la pusillanimité — ou à la prudence si l’on veut — ou à la loi du plus fort (les plus riches pouvant se payer les meilleurs avocats).
2) Moins immédiat: la culture du fragment. Dans ce qui est une grande rétrospective de 200 images, d’un artiste complet (réalisateur et photographe), l’inquiétude s’est focalisée sur quelques images (Fabrice Hergott, le directeur du MAM, parle de 10% des images) qui peuvent, à l’extrême limite, être qualifiées de pornographique au sens pénal du terme. Culture du fragment et culture du zapping qui encouragent le public à ne retenir que la photo-choc et la petite phrase, mais aussi le “grand tableau” au détriment de l’œuvre.
3) Autre point, si évident que les commentateurs ne l’ont pas vraiment relevé: la photographie, par son caractère “indiciel” comme disent les sémiologues (c’est-à-dire née d’un contact “direct” avec le réel), continue à être vue, au début du XXIe siècle, comme la “chose-même”. Alors que l’on peut exposer à tous La Création du monde, on ne saurait montrer impunément la photo d’un sexe (masculin ou féminin) ou d’un acte sexuel, un peu comme si l’on était non devant une image mais sur une scène de cabaret de la rue Saint-Denis ou de l’ex-42e rue (bien nettoyée aujourd’hui), ou dans chez des junkies (il ne faut pas oublier la drogue et les armes à feu dans le paysage de Larry Clark).
4) Ce qui m’amène à mon dernier point: l’incapacité de notre temps à historiciser son regard, au moins pour ce qui est de l’art. Aux Etats-Unis, les expositions dans les grands musées, voire la création même des musées font depuis longtemps l’objet de controverses politiques. On pense à l’exposition de Robert Mapplethorpe à la Corcoran Gallery of Art à Washington en juin 1989, à la tentative d’exposition “Enola Gay” à la Smithsonian Institution en 1995 ou à la création du musée d’histoire américaine dans cette même institution1. Ce que la société française semble ne pas pouvoir regarder en face ce sont non pas le sexe ou la drogue ou la violence, mais bien les “yeux d’une époque”. Larry Clark est un photographe des années 70, une figure importante de la construction d’un regard photographique (en particulier aux Etats-Unis mais pas uniquement) qui mute du documentaire à l’autobiographique, comme Nan Goldin, par ailleurs fort bien acceptée (peut-être parce qu’au fond plus “politiquement correcte”?).2 Comme le faisait remarquer Brice Couturier dans un entretien sur France-Culture ce matin, nous ne pouvons plus regarder/publier dans un magazine les images de David Hamilton ou de Irina Ionesco photographiant sa fille (pré)adolescente. Mais que nous ne puissions plus les voir dans un musée est bien un signe de notre cécité à la médiatisation et de notre présentisme immature.

  1. Sur ce sujet voir l’excellente thèse de Marie Plassart. Sur les controverses dans l’art américain, on lira aussi Michael Kammen, Visual Shock. A History of Controversies in American Culture, Alfred Knopf, 2006. []
  2. Sur ce sujet voir mon article “Du désir autobiographique à la fiction du désir. Teenage Lust de Larry Clark (1983) et The Ballad of Sexual Dependency de Nan Goldin (1986)” []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Débats

Laisser un commentaire


Carnets de recherche